.RPG Yaoi classé NC-17 : 10 lignes min par post.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bar-Lev ; celui que vous auriez aimé pouvoir éviter. (uc)

Aller en bas 
AuteurMessage
Chedad Bar-Lev
    i'm just a fucking bastard !

i'm just a fucking bastard !
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Bar-Lev ; celui que vous auriez aimé pouvoir éviter. (uc)   Mer 8 Avr - 0:34


IDENTITY


  • Nom : Bar-Lev.
  • Prénom : Chedad.
  • Surnom : Ched ou Edad.
  • Âge : 22 ans.
  • Date de Naissance : Chedad est né un 31 décembre.
  • Nationalité : Israëlien.
  • Niveau Social : Affreusement riche.
  • Statut Social : Fiancé.
  • Métier : Héritier.

INSIDE OF YOU

  • Uke, Seme ou Ambi ? Ambivalent.

  • Son plus grand rêve ? Il rêve que son père le laisse tranquille avec ses histoires de succession...
  • Sa plus grande peur ? Chedad possède plusieurs phobies terribles qu’il tente tant bien que mal de cacher. La première : l’eau. Il a failli se noyer lorsqu’il avait quatre ans et depuis, l’eau le terrifie. La seconde, l’altitude, il a un vertige incroyable et cela le mortifie. La dernière et pas la moindre, il a peur du noir. Pathétique ? Oui, il le sait.

  • Relations Familiales :

    Ephraïm Bar-Lev, le père. C'est un vrai dragon, un homme que tous et toutes respectent. Il vaut mieux lui obéir sans discuter et ça, Chedad l'a très vite compris. Il n'y a qu'à son père qu'il se soumet.
    Siël Bar-Lev, la mère. Chedad ne se souvient pas d'elle, ou très peu. Elle est morte lorsqu'il était âgé de cinq ans. C'était une femme magnifique et très douce.
    Rachel, Myriam, Hanna, Eliora & Aïsha Bar-Lev, les soeurs. Très présentes, toutes différentes, Chedad les apprécie mais est tout à fait capable de les haïr lorsqu'elles se montrent trop... volubiles.

  • He loves/he hates : Arf, point difficile. Chedad est capable d'apprécier une chose et de la détester la seconde d'après, pour une raison que beaucoup trouveront stupide, voire même inexistante. Commençons par ce qu'il aime, la liste ne sera pas très longue.
    Chedad aime les couleurs vives, chaudes, ainsi que les matières douces telles que le cashemere ou la soie. Il voue un véritable culte à la musique classique et plus particulièrement au violon, qui est de loin son instrument de musique préféré. Il voue un véritable culte à la nourriture, spécialement lorsque c'est épicé et déteste tout ce qui est sucré. Ensuite, point non négligeable, Chedad aime le sexe. Et oui, c'était presque inévitable, que viendrait-il faire ici, sinon ? Je vous le demande. Bref, monsieur aime le sexe et sous toutes ses formes, que ce soit doux ou brutal, il est très inventif !
    Pour ce qui est de ce qu'il déteste... la liste serait bien trop longue. Par pur principe, Ched a décidé qu'il détesterait beaucoup de choses. Les choses sucrées, par exemple. Il préfère tout ce qui est acide et amer, salé. C'est comme ça, que voulez-vous. Ah et s'il y a bien une chose qui l'insupporte, c'est qu'on lui désobéisse. Il a été pourri gâté toute son enfance, alors les refus, il les encaisse très très mal.

  • Signe(s) Particulier(s) ? Chedad possède un immense tatouage qui recouvre tout son corps. Il commence à sa cheville droite autour de laquelle il s'enroule, remonte le long du côté droit de sa jambe, effleure sa hanche et se glisse entre ses reins, recouvre tout son dos et se termine dans sa nuque, juste derrière son oreille gauche. Cet énorme tatouage noir et magnifique représente des signes tribaux, semblables à des ronces.

REALITY

  • Nom/Pseudo : moony
  • Âge : 16 ans
  • Où avez-vous trouvé ce forum ? je suis l'admin, baka !
  • Quel est votre avis dessus, avez-vous des suggestions ? //
  • Code réglement : Bleeeeeeh !


Dernière édition par Chedad Bar-Lev le Mer 8 Avr - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chedad Bar-Lev
    i'm just a fucking bastard !

i'm just a fucking bastard !
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: Re: Bar-Lev ; celui que vous auriez aimé pouvoir éviter. (uc)   Mer 8 Avr - 12:18


TELL ME YOUR STORY


    «  Aujourd’hui, j’ai 22 ans. Pour mon anniversaire, j’ai reçu tout un tas de trucs inutiles, dont ce carnet. Aïsha a toujours su m’offrir des choses farfelues. Je ne l’aime même pas, ce carnet. La couverture est simple, en cuir noir, et des lettres dorées y sont inscrites : « DIARY ». J’ai 22 ans et je suis un homme, que vais-je bien pouvoir faire d’un journal intime ? Lui ai-je demandé avec humeur. Ma sœur, si belle, si mystérieuse, m’a simplement sourit, avec l’air de me dire « Tu es bête, petit frère ». Je crois qu’elle veut que j’écrive dans ce maudit carnet. Mais pour dire quoi ? Y raconter ma vie ? C’est ridicule, il vous suffit de taper Éphraïm Bar-Lev dans google et vous trouvez la biographie complète de mon père ainsi qu’un peu de la mienne. J’ai 22 ans aujourd’hui, et cet âge ne signifie rien. Ce n’est plus vingt ans, ce n’est pas encore quarante ans. Faire le point sur ma vie à 22 ans, ce n’est pas un peu ridicule ? Bah, il me suffira de brûler cette chose, au pire.

    Je suis né un 31 décembre au soir. Quelques minutes après ma naissance, trois petites filles se penchaient au-dessus de mon berceau avec un air émerveillé. Le petit frère tant attendu était arrivé. On les a rapidement fait déguerpir, mon père rentrait d’un long voyage d’affaires et malgré son épuisement, il voulait absolument voir son précieux héritier. Il m’a pris contre lui et m’a donné le prénom qui me suivrait désormais toute ma vie, Chedad. En arabe, cela signifie puissant, fort, il s’agissait du prénom de mon grand-père maternel, auquel ma mère avait souhaité rendre hommage. Mon père aimait ma mère plus que tout, et en regardant sa photo pendant que j’écris, je sais pourquoi. Elle était radieuse. Son teint doré brillait au soleil et ses longs cheveux noirs ondulaient en une cascade de senteurs jusqu’au creux de ses reins, ses grands yeux chocolats reflétaient une douceur et un amour incroyable. Je n’étais pas encore né lorsque cette photo a été prise, je crois même qu’aucune de mes sœur ne l’était, et pourtant je sens presque le vent chaud qui caresse son visage, l’odeur de ses cheveux qui, je me souviens désormais, étaient si doux.

    Ma mère était magnifique, ma mère était tout. Alors quand elle est morte l’été de mes cinq ans, d’une balle tirée entre les deux yeux lors du braquage de notre banque, j’en ai voulu au monde entier. J’ai commencé à haïr tout le monde. Mon père est devenu un autre homme. Il a toujours été sévère, dur, je savais que c’était pour mon bien et c’était un as en affaires grâce à cela. Mais à la maison, il devenait plus souriant, plus doux. Il me prenait sur ses genoux et me racontait sa journée, même si je ne comprenais pas grand-chose, les soirs, il me serrait contre lui jusqu’à ce que je m’endorme et refusait que ma nourrice m’enlève à lui tant que je ne dormais pas complètement. Quand Mère est morte, le cœur de mon père s’est nécrosé. Comme si l’amour qu’il était capable d’éprouver pour ses enfants s’était écoulé avec les larmes qu’il avait versées pour son épouse.

    J’ai appris à grandir sans ma mère, sans affection de la part de mon père. A vrai dire il n’était presque plus là, comme si sa femme avait été la seule raison pour laquelle il revenait à la maison après ses voyages d’affaire. Je n’allais pas à l’école, des professeurs particuliers m’apprenaient ce que j’avais à savoir et faute de mère, une nourrice m’élevait. Mon père n’était là que lorsqu’il fallait féliciter, ou constater un échec. Je me mis à le détester. De quel droit cet homme qui n’était jamais présent pouvait-il critiquer ce que je faisais ?
    L’été de mes onze ans, il s’est mis en tête de marier ma sœur aînée, Rachel. Ça ne m’a pas plu. Mes sœurs étaient à moi, elles avaient toujours été là pour moi, m’apportant l’affection féminine dont j’avais été privé à la mort de notre mère, il n’était pas question que je laisse l’une d’elles à un autre homme. Et puis les mariages arrangés, c’était tellement dépassé, même chez nous ! Alors mes sœurs et moi avons mis au point un plan. A chaque fois qu’un de leur « prétendant » venait dîner à la maison, elles se faisaient belles et parlaient poliment, mais lorsque l’attention de Père se faisait moins forte, Rachel et moi faisions des choses étranges, incongrues, pour faire croire à une quelconque dégénérescence. Ça marchait à chaque fois. Jusqu’au jour ou Rachel est tombée amoureuse et a décidé d’épouser l’homme de sa vie.

    Je lui en ai voulu, elle me laissait tomber. J’ai fini par en avoir marre des cours particuliers et à l’âge de quinze ans, j’ai exigé qu’on m’envoie dans un lycée afin d’être un adolescent un peu plus normal. Mais à cause de mon nom de famille et de mon apparence, je suis vite devenu le centre d’attention des élèves, et ça ne m’a pas permis de devenir un jeune homme meilleur.

    A seize ans, je déflorais les jeunes filles dans les toilettes du lycée en espérant me faire prendre, juste pour avoir la joie de voir ces demoiselles dans un embarras monstrueux. Je m’ennuyais, j’avais envie d’action et de bêtises, de braver des interdits. Alors je suis allé encore plus loin, le jour où j’ai invité un camarade de classe, Anwar, à la maison, afin de l’aider à finir un projet pour le lycée.


      « Enfiiiin ! S’exclama Anwar en s’étirant et en faisant craquer ses articulations, un petit sourire aux lèvres. J’ai cru qu’on en finirait jamais !
      - Tu as compris, au moins ? Demanda Chedad en refermant son livre de biologie.
      - Oui, oui. Merci, Chedad.
      Le jeune homme sourit et se rapprocha imperceptiblement de son camarade, une lueur amusée dans le fond de ses yeux bruns.
      - Dis-moi… j’ai une question à te poser, dit-il d’une voix douce.
      - Mmmh ?
      Chedad, sur les genoux, s’avança vers son camarade avec un sourire clairement amusé aux lèvres. Il s’approcha, jusqu’à ce que son souffle balaye le visage d’Anwar qui le fixait, immobile et inquiet. L’adolescent sursauta et étouffa une exclamation de surprise lorsque le jeune Bar-Lev lécha sa lèvre supérieure.
      - Que… commença-t-il avant d’être interrompu par la bouche de Chedad contre la sienne.
      L’Israëlien l’empêcha de se débattre et glissa une de ses mains dans sa nuque afin d’approfondir le baiser avant de poser l’autre au creux de ses reins, pour le rapprocher de lui. Il l’embrassa longuement, satisfait de constater qu’Anwar avait oublié l’idée de gigoter contre lui, puis finit par libérer ses lèvres. C’est avec un grand sourire qu’il laissa le poing de son camarade l’atteindre à la joue, faisant douloureusement craquer sa mâchoire.
      - MAIS T’ES MALADE ! Hurla Anwar en se relevant, les joues brûlantes.
      - T’as aimé, dit Chedad, doucement.
      - Q-quoi ?!
      Chedad se releva et empoigna son camarade par le col de sa chemise, puis il le plaqua contre le mur le plus proche.
      - T’as aimé, Anwar.
      Le garçon voulut répondre, mais Ched glissa sa jambe entre les siennes afin de frotter son genou contre une zone sensible de son anatomie, le faisant frémir.
      - Ch… Chedad…
      - Qu’est-ce que tu crois, Anwar ? Tu pensais vraiment que je n’avais pas remarqué la manière dont tu me regardes dans les vestiaires, après le cours de sport ? Mmmh ? Tu rêves de me toucher, t’es juste pas assez courageux pour l’avouer… Pourquoi tu crois que je t’ai filé un coup de main pour ton devoir ?
      Chedad mordilla le lobe de son oreille, avant de murmurer d’une voix glaciale :
      - J’ai juste envie de voir ce que ça fait que de foutre ma queue dans ton cul de pédé. »


    Oui, j’étais un salaud. Certains vous diront que ça a empiré, avec le temps. Le fait est que prendre des mecs, ça me faisait monter bien plus haut que quand je le faisais avec des filles. La honte pour un jeune homme comme moi… bof, pas tellement, j’ai jamais eu trop mal à la conscience. J’me tapais encore des filles de temps en temps, histoire de garder une certaine réputation, mais en douce, c’était avec des garçons que je m’envoyais le mieux en l’air. J’ai commencé à vouer une fascination morbide pour le corps masculin. Je voulais voir ses limites, connaître chaque zone érogène, voir jusqu’où je pouvais aller dans l’acte de soumission avant de briser la raison d’un homme.

    J’ai obtenu mon diplôme et j’ai commencé à me diriger vers une carrière diplomatique. Sachant parler un nombre important de langues, je voyageais aux quatre coins du globe alors que les jeunes de mon âges trimaient avec un boulot d’été pour payer leurs futures études. Père voulait que je reprenne l’affaire familiale une fois qu’il arrêtera, je n’ai jamais été très chaud.

    Et il y a trois mois, j’ai fait le con. J’ai mis une fille enceinte en couchant avec elle après une soirée arrosée - je me suis trompé, je voulais son frère. Du coup, Père a piqué une crise et m’a fiancé à cette pétasse profiteuse. Ça ne m’a pas vraiment plu, alors je me suis tiré au Japon, pays que mon père déteste, soi-disant les bridés seraient durs en affaire… Mais ça m’arrange, il ne viendra pas me chercher ici. De plus, j’ai trouvé un coin bien sympa où tirer de la pute canon. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiraku Takada
[A] ~ Hôte N°1 ~ Weak but Agressive Boy.
[A] ~ Hôte N°1 ~ Weak but Agressive Boy.
avatar

Nombre de messages : 154
Age : 25
Localisation : Mmmh... dans ton lit, peut-être ?
Date d'inscription : 26/12/2008

MessageSujet: Re: Bar-Lev ; celui que vous auriez aimé pouvoir éviter. (uc)   Mer 8 Avr - 14:28


    J'me valide, bande de Morpions ! \o/

_________________

« Just descend with me together to the deepest layer of hell. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnotic-poison.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bar-Lev ; celui que vous auriez aimé pouvoir éviter. (uc)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bar-Lev ; celui que vous auriez aimé pouvoir éviter. (uc)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous avez aimé Braveheart ?
» Les mangas/animé que vous avez aimés
» BOURRIQUET ❖ Vous auriez-vu ma queue ? I'm sad
» Bonjour, vous auriez deux minutes pour parler de la Révolution ?
» Ellen - Vous pensiez vraiment pouvoir vous débarrasser de moi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Before you went. :: *{ Registre d'Hypnotic Poison. :: Fiches Validées :: Clients-
Sauter vers: