.RPG Yaoi classé NC-17 : 10 lignes min par post.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yosuke Kawashiwa le barman au grand sourire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yosuke Kawashiwa

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 26
Localisation : Derrière le contoir
Date d'inscription : 16/06/2009

MessageSujet: Yosuke Kawashiwa le barman au grand sourire   Mar 16 Juin - 15:30

IDENTITY



* Nom : Kawashiwa
* Prénom : Yosuke
* Surnom : Yosu-kun
* Âge : 28 ans
* Date de Naissance : 17 Avril
* Nationalité : Japonais
* Niveau Social : Faisant partie d'une famille de Yakuza connu dans le monde de l'argent, prostitution, drogue... et autres... il a de grand moyen on va dire.
* Statut Social : libre comme le vent, c'est tellement bien
* Métier : Barman dans le Black Poison



INSIDE OF YOU



* Uke, Seme ou Ambi ? : Il a toujours été plus branché plutôt seme, mais il ne crache pas sur le fait de se retrouver dominé par moment, donc on peut dire qu'il est Ambi.

* Son plus grand rêve ? : Son plus grand rêve... disons qu'il a été déjà plus ou moins réalisé, il voulait travailler dans la restauration, soit, reprendre le restaurant que son père utilisait comme "camouflage", soit de tenir un bar. Finalement se fut le bar et il en est très content! Maintenant le rêve qu'il pourrait avoir... se doit être certainement de s'amuser un maximum possible dans sa vie, sans être mêlé aux Yakuza... Le plus grand rêve qu'il a eu par contre, en étant jeune, c'était celui de devenir le plus grand joueur de baseball au monde, mais son père lui a bien fait comprendre que ça n'arrivera jamais. Et dans le fond... son rêve ne serait pas plutôt de retrouver la personne qu'il recherche tant?...

* Sa plus grande peur ? :Mourir, cela il en a vraiment peur... et finir seul, impopulaire et ignoré des autres. Même si on ne dirait pas, il n'aime pas et a peur de la solitude. Il a peur d'avoir cette impression amère, de ne plus exister. Et il a également peur d'être impuissant! Comme tous les hommes certainement >.>

* Relations Familiales : La famille Kawashiwa a pour plus grande fierté, d'être l'une des plus grandes et fidèle famille de Yakuza du Japon. Mais Yosuke n'est plus pour ce mode de vie depuis qu'il a quitté le lycée. Son père lui en veut vraiment, il dit qu'il n'a le droit de repousser les affaires de la famille après en avoir appris toute les techniques, autant en affaire, qu'en combat au katana. Malgré les différents avec son père, ce dernier tient à son fils et lui donne régulièrement de l'argent, que Yosuke utilise afin de ne pas froissé encore plus son père. Heureusement que son père ne sait pas qu'il n'a aucune attirance pour les filles, ça serait certainement la goutte d'eau qui ferait débordé le vase. La seule personne de sa famille au courant de son orientation et de ses plus troubles secret, est sa sœur, mais ça fait maintenant longtemps qu'elle est partie faire des études en France, bien que comparé à lui, elle est plus proche des affaires de Yakuza.Elle était bien la seule fille vers qui Yosuke était proche, même auprès de sa mère il n'était pas aussi proche... de toute façon, à pars le saké et les armes, rien d'autres n'intéresse sa mère, même pas ses propres enfants, ce n'est pas une mère indigne comme certain diraient, oh non, c'est juste une femme trop braqué sur les yakuza et qui ne pense à rien d'autre. Bref, à part sa soeur, il n'a pas grande attache avec sa famille, mais maintenant qu'elle est loin, seul son père veut qu'il reste lié à la famille.

* He loves/he hates : En fait, Yosuke est quelqu'un d'assez discret sur ses goûts, tout le monde pense à chaque fois, qu'il aime tout, mais ce n'est pas vraiment le cas... Mais une personne qui aime tout est toujours bien vue n'est-ce pas? Alors, commençons bien parce qu'il aime! Il adore toutes les coutumes japonaises, les tenues, les déjeuners sous les cerisiers, dégustation de saké, les traditions quoi! Pour la tradition du saké, c'est certainement ça qui lui a donné envie de devenir barman, pouvoir servir les boissons dans toute l'élégance que ces boissons méritent, c'est un grand buveur, il ne va pas jusqu'à être un alcoolique au non, il tient plutôt bien l'alcool même et ça serait marrant qu'il trouve un jour quelqu'un qui tient aussi bien que lui. Il aime qu'on le remarque, même si parfois il se passait un peu pour un idiot, ça ne lui fait rien, il aime qu'on le regarde, c'est une façon de montrer qu'il existait, bien que c'est assez faible pour lui. Ce sont surtout les femmes souvent qui le regard, mais... il aime beaucoup plus les hommes, même s'il s'en est rendu compte que plus tard, il ne donne l'air de rien et ça l'amuse toujours de devoir faire son maximum pour attirer un homme, il aime les défis difficiles. Il fume, mais il aime surtout fumer après avoir fait l'amour, il ne sait pas pourquoi, mais il aime toujours fumer à ce moment-là. Parlons maintenant de ce qu'il n'aime pas, je pense que vous l'aurez compris, au contraire de ce qu'il aime, il n'aime pas être ignoré, ou alors qu'on l'oublie, ça le rend triste et il se sent plutôt mal après. Il n'aime pas non plus qu'on s'attaque aux personnes qu'il apprécie et même, des personnes qu'il ne connait pas du tout, disons qu'en plus d'être un bon barman, il fait un très bon garde du corps pour les hôtes, même s'il part que pour bonne intention et demande rarement quelque chose en retour... sauf par taquinerie qui cache en fait une attirance de la part de Yosuke. Il n'aime pas les affaires des Yakusa, donc, de sa famille, les trafiques de drogue, de prostitué, armes et autres, ne le dérange pas vraiment, mais que sa famille en fasse partie, c'est ça qui le gène.

* Signe(s) Particulier(s) ? : Il est toujours en train de sourire, assez bêtement même, il sourit pour rien en particulier, mais il n'a aucune raison de faire la tête, il préfère qu'on le voit sourire, c'est tellement mieux accueillant. Il a également un grand tatouage de dragon dans le dos, "cadeau" de sa famille quand il a fini ses leçons de la maitrise du katana, mais son corps est également recouvert de certaines petites cicatrise, surtout au niveau du ventre, le torse et une petite fine au niveau du menton.



REALITY

* Pseudo : Canibal
* Âge : J'ai 18 ans le 30 juillet... *a pas hâte franchement*
* Où avez-vous trouvé ce forum ? : Sur un top site
* Quel est votre avis dessus, avez-vous des suggestions ? : Aucune suggestion, je le trouve vraiment bien =D J'adore ce genre de forum!
* Code règlement : Lucky You


Dernière édition par Yosuke Kawashiwa le Mar 16 Juin - 21:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yosuke Kawashiwa

avatar

Nombre de messages : 55
Age : 26
Localisation : Derrière le contoir
Date d'inscription : 16/06/2009

MessageSujet: Re: Yosuke Kawashiwa le barman au grand sourire   Mar 16 Juin - 20:48


TELL ME YOUR STORY




Alors, ma vie, c'est très banale, enfin d'après moi, bon d'accord je suis née dans une famille de Yakuza, très riche, très reconnu, avant j'aimais bien, après tout, c'était très traditionnel au Japon. C'est que plus tard que j'ai plus voulu avoir affaire avec eux, un petit mal entendu on va dire, rien de grave, mais je voulais plus être un Yakuza reconnu. Mais bon, j'ai eu une enfance plutôt normal, pour ceux qui ne savent rien, parce que sinon, à part aller en cour, j'ai passé beaucoup de temps dans le dôjo... peut être pour cela aussi que je n'avais pas de très bonnes notes... je dormais souvent en cours! Mais pour ceux que cela a pût m'apporter, ce n'était pas bien important, il était hors de question pour moi de travailler dans un bureau, alors ce n'était pas grave. Enfin, à l'école, quand je n'étais pas en cours, je faisais souvent du sport avec mes amis et même ceux que je ne connaissais pas forcément, ce n'est pas parce qu'on ne connait pas qu'on ne peut pas forcément s'amuser avec. Plein de filles, surtout au lycée, me trouver très mignon, j'ai rarement été délaissé par la jante féminine et j'acceptais à chaque fois de sortir avec l'une d'entre elle, même si j'étais plus à fond sur le baseball, que sur elle, ce fut souvent pour ça qu'elles me laissaient après. Chacune me disait toujours la même chose sur le pourquoi je les attirais, d'après elle, j'ai un sourire magnifique qui serait capable de repousser n'importe quel noirceur du monde, que ses cheveux noirs gaie, lui donner un style jeune, que des yeux bruns, légèrement doré, faisaient rêver ses jeunes filles et que j'avais une grande carrure de jeune sportif. Je ne suis pas si musclé que ça hein! Mais pour être grand ça, je dépasse de loin la moyenne japonaise avec mes 1m82. Enfin, j'aimais beaucoup les filles quand même avant, enfin, ça semblait plus que normal d'être attiré par les filles, mais, quand j'étais près d'elles, bizarrement il n'y avait plus rien après, je m'en lassais facilement, elle ne me donnait pas ce que je voulais le plus, le fait de faire voir que j'existe, c'est elles qui voulaient qu'on les voit existé et les hommes se retrouvaient dans leurs ombres, et personnellement, ça me mettait trop mal à l'aise.Enfin, mon père avait toujours voulu que je finisse avec une fille de toute manière, j'ai fini par lui faire comprendre que les histoires d'amour, c'était loin d'être pour moi, que moi je voulais être concentré sur le baseball, donc, plus trop rester dans les affaires des Yakuza, mais mon père refusa et m'obligea à continuer mes entraînements, je fus soutenu par ma chère soeur, mais qui ne resta pas longtemps, elle partit 2 ans après en France pour continuer ses études et aide à informer notre famille pour les affaires. Depuis ce jour, mon père se montre très sévère envers moi, surtout pendant les entraînements au dôjo, j'en garde quelque souvenir physique, mais ce n'est pas bien grave!



Vous devez vous dire quand même, ok, il a été tout le temps avec des filles, mais comment il s'est retrouvé à aimer les hommes? Et bien, c'est assez particulier, j'étais encore au lycée, je m'étais encore endormi en cours et le prof m'avait foutu dehors, comme toujours quoi! Et j'étais allé sur le terrain pour m'entraîner avec ma batte, mais je fus surpris au bout d'un moment, de voir quelqu'un endormi contre un arbre non loin. J'ai de suite crût que c'était une fille, je ne sais pas pourquoi, cette personne avait un visage si fin, des cheveux cours et noir, mais si beau surtout. Je m'étais senti obliger de m'approcher d'elle, pour voir ce que faisait une jeune fille comme elle, à dormir sous un arbre, alors qu'il y avait cours.

-Mademoiselle vous ne devriez pas rester à dormir ici vous risquez d'attraper un coup de chaud.

La seule réponse auquelle j'ai eu le droit, ce fut un regard glaciale, tellement froid, mais je n'avais pas encore remarqué mon erreur, ce fut que quand je me retrouvas parterre avec une grosse douleur à la tête que je pûs comprendre... c'était en fait un homme. C'était bête quand même, pourtant il était vraiment mon genre... enfin je pense, vu que je l'ai remarqué. J'étais resté parterre sans bouger, sentant un goût métallique rentrer dans sa bouche... il n'y était pas allé de main morte en tout cas. Je me demandais tellement qui ça pouvait bien être, mais je ne le cherchais pas pour autant, j'étais sûr de le croisé, et ça fut plus tôt que ce que je le pensais et au même endroit que je l'avais vu. Il dormait encore, j'avais trouvé ça marrant, je m'étais donc approché de lui silencieusement, regardant le livre qu'il tenait dans les mains, je me souviens très bien, qu'il s'agissait du roman de Roméo et Juliette, c'était plutôt étonnant d'un homme de lire ça, même moi je l'ai jamais lu! Je trouvais ça tellement bizarre, que ce gars soit si attirant, il sentait bon en plus, je voulais savoir ce qu'il portait comme parfum. Mais je fis une nouvelle boulette en voulant savoir si sa peau était douce, j'avais réveillé la bête, qui me remarqua facilement et la douleur revient très vite, même encore plus douleur que ce qu'elle avait été.

-Qu'est ce que tu me veux toi?!

-Rien...

-La prochaine fois... Je te bute si tu m'approche de nouveau!


C'était plutôt marrant, enfin je trouvais ça marrant, il avait du caractère et de la force malgré son physique. Là, j'étais obligé d'aller à l'infirmerie, ce n'était pas des poings qu'il avait ce gars, mais des poings en acier. Tout expliqué ce que j'ai fait, serait vraiment trop long,cela a duré un an pour m'approcher de plus en plus de lui, j'ai appris quand même peut de choses de lui et j'ai pris beaucoup de coups, mais ce ne fut pas en vint, j'avais réussi à lui faire dire son prénom, Kubota... étrange prénom pour une personne de son physique d'après moi. J'arrivais à m'approcher de lui, alors que tout le monde disait qu'il n'était pas capable de supporter quelqu'un d'autre d'humain. Pourtant, moi j'y arrivais, bon d'accord, je forçais un peu ma présence, mais il ne me frappait plus au bout d'un moment, il me laissait rester près de lui, mais dès que je faisais un pas de travers, je revoyais les poings, d'ailleurs, le premier faux pas que j'avais fait, ce fut de l'embrasser, je voulais tellement essayer... Ben ce fut surtout douloureux à la fin hein! J'ai recommencé encore après, mais ça finissait toujours de la même manière, même une fois, il avait réussi à me prendre ma batte et m'a assommé avec ce n'était pas de chance pour moi. Mais quand la fin de l'année était passé, Kubota disparu, après tout, j'avais fini le lycée, je ne pouvais pas y retourner pour voir si lui y était toujours, même si je voulais le revoir. Je devais continuer ma vie...



Malgré mon refus d'être un Yakuza à part entière, mon père m'obligea à finir mon entrainement et quand je l'eus fini, comme tout Yakuza, on avait le droit à un tatouage, le miens fut un grand dragon qui prend tout mon dos, malgré tout, j'aime bien ce tatouage, que j'ai surnommé comme le Katana que j'ai reçu, Ryuku. Le temps passa après ça, je refusais toutes les missions qu'on me donnait, ma mère, très attaché aux règles des Yakuza, m'en voulait plus que tout, mais mon père essayait toujours de trouver une excuse pour que je m'en sorte, disant surtout que c'était l'âge, que j'avais le baseball qui m'avait bourré le crâne... pas ma faute si j'aime ce sport! Mon père trouvait aussi que je passais trop de temps seul, il me proposait très souvent des prostitués des affaires de notre famille de Yakuza, mais, il était hors de question pour moi, de me servir de ça et tellement qu'il m'en parlait, je me retrouvais obliger de sortir dehors, autant prendre une prostituée, en prendre une qui n'avait aucun lien avec les affaires de la famille, ça me mettrait moins mal à l'aise. C'est comme ça que je me suis retrouvé dans un quartier de Tokyo pour voir les prostitués que je pouvais m'offrir, mais aucune n'allait, elle était vide pour moi et me rendait encore plus vide moi-même, comme les filles de mon lycée, je me retrouvais donc à partir, en ayant payé et en les ayant à peine toucher. L'argent n'était pas un problème, mon père m'en donner de trop. Mais au coin d'une rue, c'est là que je ressentis mon vide ce comblé, cette odeur, je pouvais que le reconnaitre.



Rien qu'à son regard, je pouvais comprendre que j'étais le dernier qu'il aurait voulu voir. Malgré tout, je réussi à le faire parler, moi, de ma naïveté maladive, je me demandais ce qu'il était devenu depuis ses années passés... si je m'étais attendu de la réponse. Kubota était devenu comme toutes les bonnes prostitués du coin, ses parents n'avaient plus d'argent, donc ils l'ont mis sur le trottoir, je m'étais attendu à tout sauf à ça, je l'avous. Je lui donna l'argent pour me retrouver dans l'une des chambres de là où il travaillait, mais je n'avais pas l'intention de le toucher, je ne voulais pas lui faire croire que je profiterais de la situation, mais je voulais profiter par contre, qu'il soit obligé d'être avec moi, pour lui parler, essayer d'en savoir plus, mais faut l'avouer, Kubota était quelqu'un de difficile à faire parler.J'étais tellement heureux de l'avoir retrouvé, je lui aurais parlé de tout et de rien, enfin, je lui avais surtout parlé de lui. Puis, bizarrement j'avais envie de boire, moi qui tien facilement l'alcool, j'étais sûr qu'il ne tiendrait pas plus longtemps que moi. Je fus bien surpris de le voir encore debout et clean, alors que moi j'avais très mal à la tête. C'est là que je décidas de partir, sans rien de plus. Mais ce fut le soir des étonnements, sentir alors la main de Kubota me retenir...

-Me dit pas que tu es venu... juste par pitié...

-Désolé, mais j'ai aucune attirance pour les hommes

-Tu dis ça après alors que tu as tenté 12 fois de m'embrasser au lycée...

-Tu te souviens du nombre de fois?!

-Et tu dis pas être attiré par les hommes?...

-Ben oui...

-Tu pourrais t'en assurer..
.

Comment dire non avec de telle avancement? Je n'étais toujours pas sûr de mon attirance, je me disais juste que c'était juste lui que j'avais trouvé mignon au lycée... Mais les réactions de mon corps contre Kubota, me faisait bien comprendre mon erreur, c'était beaucoup mieux, le vide que je ressentais avec les filles, n'était pas présent là, je ne pouvais plus m'arrêter d'être contre lui, le faire crier, j'en avais seulement rêvé, mais c'était mieux que ce que j'avais rêvé. Je me souviens plus quand on avait commencé, ni quand j'étais enfin tombé d'épuisement, mais, ça m'a paru une éternité, une douce et longue éternité. Je venais tous les soirs, pour ressentir la même chose, j'avais tellement l'impression d'être vivant quand j'étais auprès de Kubota, il me faisait vivre et vibré comme jamais aucune fille n'a réussi à le faire, c'était presque, trop agréable. Mais Kubota semblait lui se sentir mal, je veux dire, même si c'était d'un sens lui, qui m'avait incité à ce que l'on commence, il ne semblait pas comprendre pourquoi j'étais comme cela avec lui... Je ne vois pas où est le problème d'après moi mais bon. Mais je l'ai encore plus remarqué, le jour où j'aidais ma soeur à trouver des habits et que l'on avait croisé Kubota et que j'avais dit sans cacher qu'il était un prostitué. Ma soeur s'en fichait un peu de ce que je pouvais faire, tant que ça me portait pas de tord, elle disait que c'était bon. Mais le soir, je voyais que Kubota n'avait pas aimé...

-... Tu aurais pût lui dire quelque chose de mieux...

-J'aurais dût mentir? Pourquoi? Tu veux pas de pitié, à moins que ce soit... t'as fierté?... c'est ça?

-Non c'est pas ça!! Regarde moi! Je suis un homme!Tu le comprend ça! Un homme!

-Oui... je suis bien assez au courant.


Ouais, je me rendais de plus en plus compte que même si c'était un homme, j'aimais tout en lui, son corps, son esprit, ses manières, son visage, même ses coups, malgré que ça faisait mal et que je n'aimais pas avoir mal. Mais le bonheur ne peut duré qu'un temps n'est-ce pas? Le lendemain de cette nuit, Kubota n'était plus là, enfin, c'est ce que disait le chef de la boite et je me dis bien jeter dehors et on me fit bien comprendre que je ne devais pas revenir. J'étais allé voir à la fenêtre de sa chambre et oui, il n'y était plus... Ils avaient peut-être compris et ne voulaient pas perdre leur gagne pain... où est ce qu'il avait pût emmener Kubota... j'aurais pût tué pour le savoir. Pendant un an d'ailleurs je me suis battu, pour tout savoir, j'ai fait couler du sang et étant de la famille de Yakuza, tout le monde pensait que je me battais en leur nom, mais non, c'était pour moi que je me battais, pour personne d'autres.



Je n'ai jamais retrouvé Kubota, je ne sais pas où il est passé, j'en ai parlé avec ma soeur et c'est là qu'elle m'a parlé de Hypnotic-poison, je m'étais rendu là-bas en tant que client, pour voir si je le retrouvais. Mais même là-bas, il n'y était pas, mais d'après ma soeurette, s'il était aussi mignon que ce que je disais, il finirait un jour ou l'autre, ici. Il fallait que je trouve donc un moyen d'être constamment ici, pour voir si un jour, il arriverait. C'est là, que je voyais devant moi une opportunité, il manquait au bar de l'Hypnotic-poison, un barman, j'ai toujours été plutôt tenté par ce genre de boulot avec les boissons, l'alcool me faisant pas vraiment d'effet, du moins, pas des effets risquaient, seul un mal de tête me vient quand j'ai vraiment beaucoup bût, genre au moins deux ou trois bouteilles de bon saké. J'avoue, je profite un peu de ce lieu... je suis un homme après tout! Je ne peux pas vraiment m'y retenir, mais je n'ai jamais trouvé quelqu'un qui me faisait autant d'effet que me faisait Kubota.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itaku Mizuki
~ Modo du RP | Hôte ~
~ Modo du RP | Hôte ~
avatar

Nombre de messages : 194
Age : 33
Localisation : Derrière mon pc, logique non ?
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Yosuke Kawashiwa le barman au grand sourire   Mar 16 Juin - 22:29

J'aime beaucoup ton histoire. =)
Je te valide mais fais attention aux fautes il en reste pas mal. ^^ Amuse toi bien.

_________________

(Sign made in Sosil)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://utopiaworld.1fr1.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yosuke Kawashiwa le barman au grand sourire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yosuke Kawashiwa le barman au grand sourire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Before you went. :: *{ Registre d'Hypnotic Poison. :: Fiches Validées :: Employés-
Sauter vers: