.RPG Yaoi classé NC-17 : 10 lignes min par post.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 heal my soul, stop my tears ~ pv thao.

Aller en bas 
AuteurMessage
Hiraku Takada
[A] ~ Hôte N°1 ~ Weak but Agressive Boy.
[A] ~ Hôte N°1 ~ Weak but Agressive Boy.
avatar

Nombre de messages : 154
Age : 25
Localisation : Mmmh... dans ton lit, peut-être ?
Date d'inscription : 26/12/2008

MessageSujet: heal my soul, stop my tears ~ pv thao.   Dim 28 Juin - 18:45


    Pas vraiment morte, mais à peine vivante, c’est une ombre qui se glissa hors de la chambre d’hôtel. Tremblante et faible, chichement vêtue, elle s’engouffra dans l’ascenseur et prit appuis contre le mur froid d’acier. Elle appuya sur le bouton qui ferait descendre l’engin jusqu’au rez-de-chaussée et ne bougea plus, se contentant de respirer laborieusement. Les portes finirent enfin par s’ouvrir, et l’ombre traversa le hall d’entrée pour enfin sortir dans les rues éclairées et animées de Tokyo.

    Hiraku resserra le col de sa veste en cuir autour de son cou et s’enfonça dans la foule, espérant passer inaperçu, masquant son visage aux yeux de tous. Ce qu’il pouvait se sentir stupide. Il était sorti, plus tôt dans la soirée, afin de se vider un peu l’esprit puisqu’il n’avait pas de client, pour une fois. Il avait refusé la compagnie de son garde du corps, lui disant qu’il ne risquait rien. Puis il s’était aventuré dans plusieurs bars et avait bu, pour se vider l’esprit, pour espérer passer une bonne soirée. Quel idiot. Des larmes de rage perlèrent aux coins de ses yeux, mais l’hôte les chassa d’un revers de la main, refusant de se laisser aller. Il devait avancer. Il devait rentrer. Hiraku trébucha et faillit tomber, mais il se rattrapa de justesse à la vitrine d’un magasin. Quelques regards se tournèrent vers lui, mais personne ne fit de commentaire, aussi il poursuivit son chemin, désireux de quitter la ville le plus vite possible. Où était-il ? C’était à peine s’il le savait. Il se repérait difficilement, essayait de reconnaître les magasins, les rues. Il finit par trouver un café familier, et s’engouffra dans une ruelle qu’il connaissait bien. Oui, il approchait du but, il y serait bientôt.

    Le jeune homme se mordit la lèvre inférieure. Plus jamais. Il ne voulait plus de ça, il en avait assez. Plus que jamais auparavant, à cet instant précis, il aurait tout donné pour mener une autre existence. Pour être une personne libre. Hiraku aperçut enfin le bâtiment qu’il cherchait et avança aussi vite que son corps faible le lui permettait. Il entra dans l’Hypnotic Poison et ne trouva personne. Il s’avança et la lumière s’alluma automatiquement, révélant le hall d’entrée vide de l’HP. Le jeune hôte sentit sa tête tourner, il manqua de défaillir mais se raccrocha désespérément au comptoir du réceptionniste absent. Pourquoi n’y avait-il personne ? Il leva les yeux et regarda l’heure. 4 heures du matin. Il avait passé tant de temps là-bas ? Il était resté dans cet enfer aussi longtemps ? L’adolescent déglutit difficilement et se dirigea vers l’ascenseur. Il appuya sur le bouton d’appel et entra à l’intérieur puis le fit monter jusqu’à l’étage où se trouvait le bureau du gérant. Il ferma les yeux, cherchant à se calmer, se disant qu’il ferait peut-être mieux de retourner dans sa chambre sans rien dire. Non, il ne pouvait pas. Il avait besoin de voir quelqu’un. Et la seule personne en qui il avait confiance était Thao Fan-Jiang. La cabine d’acier s’immobilisa et Hiraku en sortit, puis traversa le couloir faiblement éclairé.

    Il marcha péniblement et s’immobilisa devant la porte du bureau. Puis il réalisa sa bêtise. Thao n’était certainement pas dans son bureau à cette heure-ci ! Le désespoir s’empara d’Hiraku qui se mit à trembler comme jamais tandis que les larmes coulaient sur ses joues sans qu’il puisse s’arrêter. Il avait mal. Si mal. Et la douleur n’était pas que physique, elle était morale, aussi. Toute cette violence, il avait cru en avoir finit avec elle, il avait cru pouvoir dire adieu aux coups, aux insultes, à la folie. Eh bien non. Ca ne s’arrêterait donc jamais ? Hiraku ouvrit la porte du bureau et entra.

    C’est un fantôme qui pénétra dans le bureau de Thao Fan-Jiang. Sa figure pâle laissait penser que l’être qui venait d’entrer était plus mort que vivant, de plus, de nombreux bleus et des plaies recouvraient son visage d’enfant terrifié. Ses vêtements mal remis laissaient tout de suite deviner ce qui venait de se passer, et l’on devinait sans peine aussi que les blessures qui recouvraient son visage devaient aussi s’étaler sur le reste de son corps. Des larmes dévalaient la pente des joues d’Hiraku, et ses grands yeux bleus noyés de chagrin appelaient au secours, cherchaient une aide réconfortante.

      HIRAKU – « T… Thao… Thao, j’ai mal… » sanglota-t-il avant que ses genoux ne se dérobent sous lui, le faisant s’écraser durement sur le sol.

_________________

« Just descend with me together to the deepest layer of hell. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnotic-poison.forumactif.com
Thao Fan-Jiang
if you don't respect the boss, he'll turn u into a slut ♥
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 33
Localisation : Au plus profond de mon bureau.
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: heal my soul, stop my tears ~ pv thao.   Lun 29 Juin - 23:44

Le calme de la nuit déversait son silence inquiétant entre les murs épais de cette maison de luxe. Abandonnée par les âmes fourmillant entre les dédales de ses couloirs et salles lorsque le soleil éclaire le vaste monde. Ou, perdues dans un profond sommeil, protégées par des draps propres. Laissant au bon soin de Morphée de veiller sur leur sommeil tant que la voûte gardait sa teinte de l’ombre. Qui, disparaitrait aux pointes de l’aurore. Apportant le renouveau des activités habituelles et des bruits divers tant connus.

Personne ne vivait par logique au sein de l'Hypnotic Poison. Pourtant, si. Une lumière repoussait l’obscurité du bureau du Gérant. Que faisait il à cette heure si avancée du crépuscule ? Travaillant minutieusement, ses yeux de l’âme glissaient avec une certaine aisance sur la pile de dossiers concernant ses clients, son personnel et ses hôtes. Mémorisant la moindre information contenant ces pages avec une facilité déconcertante. Concentré sur sa tâche, les heures s'écoulant du sablier lui paraissait invisible. N’ayant aucune importance devant le devoir de vérifier tout détails sur l’organisation de sa fierté. Par souci de minutie, Thao ne laissait jamais rien au hasard et tenait à tout ce que cela soit parfait. Fermant une énième chemise, son esprit vaqua à ses tristes pensées.

Ses paupières lourdes se fermèrent. Son corps se détendit. Son souffle diminua. Ces signes de l’assoupissement de la perle de Chine cassa son masque de froideur. Laissant découvrir une facette rarement vue de visu sans risquer de perdre sa précieuse vie. Bientôt une perle de sueur coula sur ses tempes signe d’un cauchemar troublant son repos. Incessantes pensées obscures refusant de le laisser en sa sérénité salutaire. Ses anneaux noueux se resserraient par intermittence sur la personne de l’homme d’affaire. L'éveillant brusquement. Son cœur loupa un battement devant des souvenirs douloureux. Crispant la mâchoire, ses lippes s’entrouvrirent laissant couler sa voix.


« Je pensais avoir effacé de ma mémoire à jamais ces faits douloureux du passé ... Je vois qu'il en reste des traces et je vais tacher de les faire disparaître pour l'éternité. Il en va pour ma survie et mon propre bien. »

Des paroles mystérieuses sonnant comme une plaidoirie d’une partie cachée du maître des lieux. Un recoin recelant une histoire sombre que beaucoup d’être désireux de le renverser voudrait découvrir. Un passé qui fut le point culminant de l’apogée de son caractère et son faciès de marbre. Et, en plus secret, une blessure de son coeur. Encore à demi ouverte, saignant de chagrin d’avoir perdu quelqu’un ayant une certaine valeur morale. Mais cela restera scellé dans ses souvenirs et quiconque osera ouvrir la boîte de sa mémoire périra par son feu. Amis ou ennemis. Nul ouïe ne devait connaître la réalité de son enfance. Cela en valait pour sa propre sécurité.

Assis, la chaleur étouffante de l'atmosphère de son cabinet l’agaçait. En quelques secondes, ses doigts déboutonnèrent sa chemise et sa veste. Dévoilant un torse dessiné dans le marbre le plus pur. Finement musclé et vierge de tout poil. Une statue de Dieu grec. Une vision de sa personne qu'il ne montrait rarement et qu'une fois sûr d'être seul avant de se détendre. Préservant son image de dragon insaisissable préservant la sécurité de ses biens d'une poigne de fer dans un gant de velours. A peine finit il se mettre à l'aise que son faciès se tourna vers un bruit de pas, s'approchant dangereusement d'où il se trouvait. Vif, par mesure de sécurité et réserver une surprise de taille au fantôme, il fondit dans le manteau des ombres. Attendant son heure, Thao patientait de pouvoir voir la silhouette se découper par l'entrebâillement de sa porte. Sa dextre tenait déjà une des aiguilles prête à pourfendre l'intrus. Reconnaissant la voix, le tigre arrêta vite son geste. Hiraku... Son protégé.

Sa voix semblait à son ouïe proche de s'éteindre. Un murmure. De sa démarche féline, le protecteur s'approcha de son hôte et à la découverte de son état, ses sourcils se froncèrent. Ce délit ne resterait pas impuni. Quiconque s'arrogeait le droit de toucher le joyau de sa couronne découvrait les aléas d'un rivage maudit. Son courroux transcenderait l'espace jusqu'à ce que le sang ne coule. Mais sur l'heure, son côté bienveillant se réveilla. Le jeune adolescent sous sa coupe avait besoin de son aide. Tremblant de peur, à première vue il ressemblait à une feuille tombant d'une branche d'un arbre. L'héritier de cette maison de luxe rassurait par sa présence l'état fragile de son trésor. Ouvrant ses lippes, son ton normalement glacial restait bienveillant. Conciliant à son égards trahissant tout l'ambiguïté de la relation.


« Je suis là, Hiraku. Rassures toi et racontes moi ce qui s'est passé dans chaque détails. Sa main leva le visage tuméfié tandis que ses deux prunelles intenses plongeaient au plus profond de l'azur. Un regard qui en disait long. Puis, ses bras scindèrent le corps faible, le portant comme une jeune mariée. Je vois que ton poids n'a guère changé depuis la première fois que je t'ai porté cette nuit là. Que tu dénigrais la vie qu'on t'avait offerte en désirant la mort. »

Toujours tenant Takada, la perle de Chine le déposa doucement sur son bureau, prenant un soin particulier à ne pas appuyer par mégarde sur ses plaies nouvelles. Bien heureusement pour lui, un baume apaisant dormait entre les tiroirs de sa commode. S'approchant du mobilier, le Gérant le pris soigneusement entre ses doigts viriles. Grâce à sa constitution à base de plantes, la souffrance cuisante s'amoindrirait et la peau prendrait sa teinte normale. Retournant près de son poussin, le protecteur étala minutieusement la pommade sur les joues, la nuque, aux bords des commissures de la bouche. Le tout avec attention et amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aedenia.forumactif.org/forum.htm
 
heal my soul, stop my tears ~ pv thao.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» 05_ i just can't stop loving you
» Le soul Gardien, le vaisseaux des rebelles démoniaque
» 01. Don't stop me now !
» 222 t-shirts et du stop-motion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SHINJUKU NI-CHOME >> HYPNOTIC POISON :: *{ L'Hypnotic Poison. :: Bureau de Thao Fan-Jiang-
Sauter vers: