.RPG Yaoi classé NC-17 : 10 lignes min par post.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Un dernier verre, une dernière cigarette [PV Kaoru]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un dernier verre, une dernière cigarette [PV Kaoru]   Dim 4 Jan - 16:44

Il y a ce mec qui sort des toilettes, les cheveux ébouriffés, une dégaine un peu pitoyable. Il ferme sa braguette et verrouille son pantalon d’une ceinture noire. Il se traîne jusqu’aux éviers en titubant légèrement, et ouvre le robinet pour s’asperger la figure d’une eau glaciale. Il s’appuie au lavabo, encore essoufflé du coup qu’il vient de tirer. Ce mec, c’est bien moi. Et celui qui vient de sortir des toilettes juste après moi, ce n’est autre qu’un serveur du Black Poison, on va d’ailleurs faire comme si je connaissais son prénom. Il passe derrière moi, et ses doigts frôlent gentiment mes épaules fébriles. Puis il s’en va. Quelques minutes après, une fois que j’ai eu retrouvé mes esprits et mon souffle, je retourne au bar pour commander un verre.

On ne peut pas dire que je sois vraiment très clean ce soir. J’en suis à mon quatrième verre de Rhum, sans parler des trois petits shoot de Vodka que je me suis enfilé en début de soirée. Mais je tiens bien à l’alcool, ça on peut le dire. Cependant, les quatre lapins roses que je vois devant moi ne sont certainement pas le résultat de ma petite ivresse que je me trimbale depuis une heure. Je me frotte les yeux. Les lapins sont toujours là et non je ne rêve pas, je suis bien entrain d’assister à une orgie de quatre lapins roses qui prennent leurs pieds (ou plutôt leurs pattes) juste devant moi, là, sur cette table. Je grimace, c’est vraiment écoeurant que je vienne à imaginer un truc aussi tordu. Je plonge mes yeux dans mon verre de Rhum mélangé au citron et à l’orange, et en achève le contenu, d’une seule traite. Les lapins ne sont plus là. Heureusement, je commençais à flipper. Je décide alors de me rasseoir au comptoir, sans rien commander de plus. Il est minuit passé, et je n’ai rien d’autre à faire que de rester ici. Il n’y a plus grand monde, et j’en déduis que les autres clients sont aussi partis prendre leur pied, mais dans un grand lit bien confortable, et avec un tarif à la clé. Moi je reste, et j’observe subrepticement le peu de monde qu’il reste.

De faibles lumières colorées accrochées au plafond rendaient les lieux tamisés et reposants. Le silence qui s’installait n’était dérangé que par des bruits de verre qui s’entrechoquaient et de légères voix qui s’élevaient timidement. On entendait quelques chuchotements presque inaudibles, comme un bruissement d’aile et un rideau de fumée de cigarette trônait dans toute la salle. Assis au comptoir au milieu de cette fumée et de ce silence gênant, il y a moi. Moi et mes yeux noirs. Moi et mes cheveux cendreux, ébouriffés comme si je venais de me réveiller. Moi et ma putain de défonce qui me fait halluciner des lapins roses en plein ébats sexuels. Je ne suis pas très beau à regarder c’est vrai, mais je suis très fatigué. Il faut dire que le serveur dont je vous parlais n’étais pas aussi docile que je ne le pensais. Je pousse un long soupire interminable puis m’allume une clope. La fumée éphémère qui s’échappe de ma cigarette s’envole vers le plafond, et mes yeux fuligineux se perdent à travers cette fumée toxique que j’aspire et fume. Deux clients complètement bourrés se mettent à chanter au fond de la salle, et je reconnais là une vieille chanson des années 70 que mon père écoutait.

Et puis mon regard se pose sur une personne plutôt familière qui vient d’entrer dans le bar. Kaoru Otsuka, le secrétaire du patron. 24 ans, célibataire, situation financière plutôt convenable, il aime les livres, le jazz, les pâtisseries, et les chats. Il ne supporte pas la foule, et c’est pour quoi il passe souvent faire un tour au Black Poison tard, lorsque l’endroit est assez vide. Je le fixe sans vraiment être discret et il se dirige derrière le comptoir pour échanger deux, trois mots avec le barmaid. Nos regards se croisent, un bref instant, et alors qu’il détourne les yeux, je continue de retenir toute mon attention sur lui. Pour être franc, je l’ai toujours trouvé intriguant, mystérieux. Mais il est surtout très timide, discret et plutôt mignon, il faut l’avouer. Je remarque qu'il semble gêné du regard persistant que je pose sur lui mais je suppose que jamais il n’osera me dire d’arrêter de le mater. Alors je continue mon petit jeu, et une ébauche de sourire vient se loger à la commissure de mes lèvres brûlantes.
Le barmaid s'éloigne, à la recherche de quelques verres abandonnés qu'il faudrait laver, et je profite que Kaoru soit seul pour lui lancer :

- Alors, le petit secrétaire vient enfin se détendre un peu ?

Un peu provoquant, c'est vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un dernier verre, une dernière cigarette [PV Kaoru]   Dim 4 Jan - 18:40

    ( J'espère être à la hauteur, ça fait un petit temps que je n'ai plus RP, donc... XD )

    Son travail et ses obligations auprès de Thao Fan-Jiang étaient terminés depuis déjà plusieurs heures et pourtant, Kaoru continuait d’errer dans les couloirs de l’immense complexe qu’était devenu l’Hypnotic Poison. Bien qu’il possède un appartement tout ce qu’il y a de plus douillet et confortable à Shinjuku, Kaoru préférait souvent faire des heures supplémentaires ou traîner sur son lieu de travail plutôt que de regagner son doux foyer. Généralement, il le faisait autant pour soulager et se faire bien voir du patron que par envie personnelle. Parce bon, cela faisait déjà deux ans qu’il était secrétaire pour le compte de Thao et peu à peu, l’Hypnotic Poison était devenu une part importante de sa vie, au-delà du simple emploi. Quelque part, l’HP, c’était un peu sa deuxième maison… Même si c’était un établissement immoral où de jeunes beautés masculines vendaient leurs charmes aux plus friqués de la planète, l’HP restait un lieu agréable et tranquille aux yeux de Kaoru. C’était sa maison, son lieu de travail mais aussi l’endroit qui lui permettait de voir Thao tous les jours, de lui parler et parfois même de l’effleurer, le temps d’un échange fugace de documents. C’était son petit bonheur quotidien et même si intérieurement Kaoru maudissait les battements accélérés de son cœur qui se manifestaient à chaque fois que son beau patron lui adressait la porale ou le tirait par le coude, le secrétaire ne pouvait nier que l’Hypnotic Poison était une bénédiction autant qu’une torture journalière pour sa pauvre petite personne. En effet, même s’il était heureux de pouvoir se tenir aux côtés de Thao, Kaoru avait parfois un peu de mal à ignorer l’envie qui lui taraudait les reins, à chaque qu’il croisait les yeux noirs et perçants de son supérieur.

    C’est donc un secrétaire passablement éprouvé qui échoua finalement au « Black Poison », le bar de l’établissement. Généralement, en début de soirée, c’était un endroit que Kaoru évitait comme la peste, étant donné les nuages de fumée étouffante et toxique, le bruit, l’agitation et le nombre impressionnant de personnes qui y affluaient avant de gagner les chambres ou le Black Mambo. Avant une certaine heure, c’était inévitable, le Black Poison était toujours bruyant et bondé. Du coup, Kaoru n’y apparaissait qu’une fois les douze coups de minuit sonnés, une fois que le gros de la foule avait enfin vidé les lieux pour aller prendre du bon temps par-ci, par-là. Bien entendu, il ne s’y rendait pas systématiquement - cela finirait par faire mauvais genre et nuire à son image ! - mais bon, quand sa paperasse était réglée et que Thao n’avait plus vraiment besoin de lui, Kaoru allongeait toujours sa journée de travail par un petit tour dans l’Hypnotic Poison, histoire de vérifier que tout était en ordre et que la soirée se passait bien, pour les hôtes comme pour les clients. C’était devenu une habitude et très souvent, ses petites « rondes » nocturnes se révélaient remarquablement utiles, permettant à Kaoru de repérer d’éventuelles faiblesses dans le service ou de régler des problèmes de dernière minute, juste avant de rentrer chez lui.

    Et puis, il fallait bien l’avouer, Kaoru aimait l’ambiance suave et feutrée du Black Poison, cette impression cotonneuse et sucrée une fois que la tension du début de soirée était retombée. C’était un endroit calme, apaisant et Kaoru aimait s’y relaxer quelques heures avant d’aller se coucher seul dans son grand lit glacé. Généralement, il y faisait son apparition vers minuit et demi, parfois même un peu plus tard, quand le bar était presque entièrement vide et que toute la fumée de cigarette s’était un peu dissipée, question de confort personnel.

    Aujourd’hui ne fait pas exception à la règle : la grosse horloge sculptée à l’ancienne vient à peine de sonner la demi-heure et voilà que le corps fin du secrétaire pénètre dans la grande salle somnolente, ce temple de l’alcool. Attirés par le bruit, plusieurs regards se tournent vers lui simultanément et Kaoru rougit un peu, bénissant la pénombre enrobant le bar et son visage avant de replacer une mèche de cheveux auburn derrière son oreille et de se diriger vers le comptoir. Parmi les derniers squatteurs du bar, Kaoru reconnaît deux ou trois habitués à la crinière grisonnante, quelques hôtes, quelques inconnus et, installé au comptoir, cet arrogant membre de la mafia japonaise - un certain « Katsuo Nogushi », si ses souvenirs sont bons - celui même qu’Hiraku aime tant faire mousser. Contournant ensuite le comptoir pour aller saluer le barman et échanger quelques mots gentils avec lui, Kaoru fronce les sourcils, sentant toujours le regard inquisiteur du mafieux posé sur lui. Á vrai dire, bien qu’il soit un bon client et un client régulier, Kaoru n’a jamais beaucoup aimé ce fameux Katsuo. Cet homme, il est… arf, comment dire ? Bien qu’il n’ait jamais maltraité personne au sein de l’Hypnotic Poison, Kaoru l’avait toujours trouvé un peu… effrayant. Peut-être était-ce parce que malgré son jeune âge, Katsuo était déjà plutôt connu des milieux mafieux ? Peut-être était-ce parce qu’il avait une façon un peu flippante de vous fixer, comme s’il se trouvait face à une pauvre souris sans défense ? Pour être franc, ne le connaissant pas plus que ça, Kaoru ne savait pas trop quoi en penser et la seule chose certaine dans son esprit, c’était qu’il ne savait jamais vraiment sur quel pied danser en présence du jeune homme…

    - Alors, le petit secrétaire vient enfin se détendre un peu ?

    Léger sursaut de la part du dit « petit secrétaire ».
    Grimaçant discrètement en reconnaissant le timbre incisif de la voix, Kaoru lança un petit regard suppliant au barman s’éloignant déjà en quête de quelques verres à rapatrier, avant de se retourner lentement vers le mafieux, un petit sourire commerciale mais néanmoins doux accroché aux lèvres. Contrit, Kaoru le dévisagea un très court instant, s’attardant tout de même sur les cheveux ébouriffés par des activités non avouables et sur les yeux noirs brillants de l’alcool ingurgité au cours de la soirée. Le client - puisse-t-on le nommé ainsi - n’avait apparemment pas l’air d’être très frais mais Kaoru savait qu’il ne fallait pas trop s’en inquiéter, ayant étrangement toute confiance en la résistance à l’alcool du jeune homme. Poli, il inclina légèrement la tête en guise de salut avant de lui répondre d’une voix claire et neutre, contrôlant à la perfection les éventuels rougissements ou tremblements de voix.

    - Et oui, comme vous pouvez le constater. J’espère d’ailleurs que vous passez une agréable soirée.

    Et le tout, servi avec un petit sourire poli et bienveillant : si ça ce n’était pas du grand art !
Revenir en haut Aller en bas
 
Un dernier verre, une dernière cigarette [PV Kaoru]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dernier verre pour la route
» Un dernier verre [PV Meneldil]
» Un dernier verre pour la route ...
» Théophile. "Il est temps de s'étreindre, il est temps de s'éteindre une dernière cigarette"
» Quoi de mieux que de noyer son chagrin dans un verre de whisky?[Valentin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: It's time to stop the game. :: *{ Over & Over.-
Sauter vers: