.RPG Yaoi classé NC-17 : 10 lignes min par post.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Errance avant le boulot ... [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Errance avant le boulot ... [libre]   Dim 25 Jan - 16:59

Sakuya se trouvait dans une rue piétonne bondée de monde. Il était venu pour faire quelques courses avant d’aller travailler. Il avait déjà deux sacs dans une main et cherchait un endroit bien précis. Il cherchait une pâtisserie. Il avait envi d’en manger avant de travailler, cela le mettait de bonne humeur. Mais avec le monde qu’il y avait dans la rue et vue le fait qu’il ne soit pas non plus dans les plus grand, il ne voyait pas grand chose. Il avait beau se mettre sur la pointe des pieds, il n’arrivait pas à voir grand chose. Sa-chan regarda sa montre, il avait encore un peu de temps mais cela ne devait pas l’empêcher de se dépêcher. Il n’aimait pas être en retard non pas qu’il soit presser d’aller se déshabiller devant des hommes plus pervers les uns que les autres mais c’est ce qui le faisait vivre. Et puis une fois qu’il aurait fini, il pourrait rentrer chez lui alors qu’eux iraient voir dans l’autre partie de l’Hypnotic Poison. Sakuya savait déjà ce qu’il allait faire une fois rentré chez lui. Il irait prendre un bon bain plein de mousse comme les gamins. Après, il irait rejoindre son lit et dormir entouré de ses peluches espérant ne pas se réveiller en larmes comme souvent, trop souvent à son goût.

Tête en l’air qu’il était, plongé dans ses pensées, il n’avait pas remarqué qu’il s’était arrêté de marcher. Il tourna la tête pour regarder où il était. Comme les choses pouvaient bien se faire d’elles-mêmes ? Il se trouvait devant une pâtisserie. Il ne réfléchit pas longtemps et entra dans la dite boutique. Rien qu’en ouvrant la porte, l’atmosphère changea. Si dans la rue, c’était plutôt une atmosphère pressée et lourde aussi bien en paroles qu’en présence, à l’intérieur, c’était calme et accueillant. Il n’y avait pas grand monde. Pour la plupart, cela devaient être des étudiants qui avaient fait une halte pour rester entre amis un peu plus longtemps. Sakuya n’avait pas d’amis et cela ne lui faisaient rien car il ne savait pas ce que ça faisait d’avoir des amis. Bien sur, il avait déjà ressenti un petit pincement au cœur en voyant des groupes d’amis rire aux éclats mais cela n’avait jamais vraiment duré. Sa-chan s’approcha du comptoir et se pencha en avant pour regarder de plus prés ce qui était proposé. Franchement comment choisir quand tu te trouves face à tout ce que tu aimes ? Il y avait ce gros gâteau qui lui criait mange-moi ! Ces éclairs au chocolat qui n’en demandait pas plus … Quelle torture de ne pas pouvoir tout acheter !

Sa-chan n’arrivait pas tellement à se décider mais il le devait. Il devait aller travailler et le temps de faire le trajet, il aurait bien besoin de vingt bonnes minutes. Bon il connaissait des raccourcis mais ceux-ci n’étaient pas vraiment fréquentables et vus sa carrure, il n’avait pas la moindre chance. Tout ce qu’il savait faire c’était danser et oublier. Alors avec ça, il n’irait pas bien loin. En plus, il voulait garder un peu de temps pour déguster son anti-stresse. Il y en a qui utilise la cigarette, d’autre l’alcool ou encore le sexe voir même les trois ensemble sans parler de drogue. Lui c’était les pâtisseries. C’était plus serein et surtout meilleure. Sa-chan ne tenait pas du tout l’alcool en plus. Un verre et il était totalement à l’Ouest. Sakuya soupira et finit par se décider. Maintenant qu’il avait trouvé une pâtisserie sympathique, il reviendrait souvent si ce n’était pas tous les jours. Il demanda deux éclairs au chocolat, la charlotte aux fraises qui lui criait de mange-moi et s’arrêta là pour la journée. Il paya et sortit de la boutique sous les regards gloussant de certaines personnes. Il ne s’en soucia pas du tout après tout, il en avait plus que l’habitude avec le métier qu’il faisait.

Il regarda à nouveau sa montre et prit la direction du Black Mambo. Il marchait d’une allure normale sans se presser. Par moment son regard se perdait dans les vagues de personnes et pourtant ses pieds continuaient de le porter dans la bonne direction. Sa-chan s’était toujours demander comment il faisait pour ne pas oublier des choses comme ça. Un itinéraire, des pas de danses, des adresses de pâtisserie… Alors que tout autre chose comme le visage d’un homme ou son prénom, il les oubliait en un clin d’œil. Franchement, lui et le sens des priorités… C’était presque à se demander comment il faisait pour ne pas oublier de se lever le matin. Il était désespérant surtout pour lui-même. Mais même s’il essayait de se souvenir, ce dont il se souvenait n’avait rien avoir avec ce qu’il voulait se rappeler.
Revenir en haut Aller en bas
Shuya Kobayashi
~ Garde du Corps de Noaki Hoshino ~
~ Garde du Corps de Noaki Hoshino ~
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Errance avant le boulot ... [libre]   Lun 2 Mar - 1:04

Une journée de libre. Sans devoir endiguer ses sentiments. Ces moments où il se retrouvait seul étaient rares en ce moment. Il était sans cesse derrière Noaki. Et cela devenait dur. Vraiment dur. Pourtant il se devait de supporter. Il avait vu la veille Alex, ils avaient passé une soirée agréable, comme d'habitude, fumant l'herbe tout en regardant des films, dansant sur du jazz anglais, et vidant les bières. Comme toujours, il avaient parlé, affalés l'un sur l'autre sur le tapis. Baronne les dominant sur le canapé. Shuya avait aimé cet instant, il avait dormi sans rêves, bien dormi. Chaque nuit qu'il passait avec Alex le rassurait, et lui permettait de récupérer les nombreuses heures de sommeil qu'il lui manquait. Se réveiller en sueur des larmes aux yeux l'humiliait , et il préférait ainsi passer ses nuits à se fatiguer , composer, pour dormir ensuite trois , quatre heures d'un sommeil de plomb. Un néant. Shuya s'était réveillé ce matin là d'humeur apaisée. Son petit frère était parti pour son petit boulot de caissier. Il faisait beau, et à peine s'était t'il vraiment levé qu'il avait composé sur son piano. Ses pensées avaient alors dérivées vers Noaki, qui ne savait rien de sa passion pour la musique, de son talent certain pour elle. Shu' adorait accompagner son patron à ses concerts, malgré le succès qu'avait alors celui qu'il aimait. Il se retrouvait dans la musique, et partageait silencieusement quelque chose avec lui. La voix de Noaki s'accorderait à merveille avec les compositions du taciturne.

Shuya se gara près d'un parc, dans l'avenue commerçante. Il voulait acheter plusieurs cds. Enlevant son casque, il souffla à travers le rideau de ses cheveux, un fin sourire rêveur sur le visage. Ce trait plutôt doux disparut dès que son visage fut visible, dégagé de toute mèche. Ses yeux glacés scrutèrent les trottoirs noirs de monde et le jeune homme soupira. Il était beau. Appuyé contre sa fierté, sa moto. Il portait une chemise blanche plissée, un veston noir plutôt court la recouvrant. Les manches étaient retroussées. Un jean délavé tombait sur ses hanches fines, laissant entrevoir son boxer bordeaux. Retroussé lui aussi le pantalon laissait voir ses docks délacées et la ceinture qui entourait ses hanches , chutant presque sur ses fesses, était une fine chaîne et lanière de cuir entremêlé. Une gourmette ornait son poignet non tatoué, et ses cheveux caressaient son torse. Oui il était même magnifique.

Le jeune homme sortit de sa poche de jean un paquet de Marlboro. Il coinça une cigarette entre ses minces lèvres, alluma une flamme grâce à une allumette, et tira longuement sur le petit bâtonnet. Il respirait la luxure, sans s'en rendre compte. Shuya se rendit tout de suite vers son magasin favoris, il marchait sans voir la foule, dans son monde, ne préférant pas accorder d'importance à une quelconque personne. Il profitait de cette journée où il vivait dans sa propre illusion, où seule la musique l'accompagnait, où seule la solitude le comblait. Il comptait reprendre son poste ce soir, car Noaki avait un concert, mais pour l'instant il profitait. Il ne voulait pas revoir tout de suite celui il aimait. Il ne voulait pas souffrir. Il ne voulait pas être encore la cible des regards avant , car il ne montait jamais dans la voiture de Noaki , il le suivait toujours en moto, prétextant que ainsi il pouvait mieux intervenir. Non il ne voulait pas. Le mégot fut jeté. Il les fumait jusqu'au filtre. Il entra dans le magasin et resta au moins une heure dans les rayons, allant même jusqu'à s'asseoir en ta illeur à même le sol pour écouter les musiques. Il connaissait le propriétaire, certains privilèges lui étaient accordés. Il prit plusieurs albums, classiques, modernes, il adorait découvrir. Quand il sortit du magasin, il se ralluma automatiquement une cigarette.

La suite lui plut moins. Dans ses pensées, son visage fermé, dans son monde, la situation qui se déclencha l'agaça. Tellement clicher. Commune. Il se heurta à un humain. Cela était si prévisible. Le bruit d'une boite qui tombe par terre lui fit baisser la tête. C'est dans le rideau de sa chevelure qu'il vit trois pâtisseries écrasées au sol. Dont une éclatée sur sa chaussure droite. Un ennui, un agacement, et une frustration s'empara de lui. Il ne voulait pas parler, pas maintenant alors qu'il nageait dans un rêve musical où lui seul souffrait silencieusement. Sa voix, un peu rauque, claqua :

« Putain. Pas maintenant »

Il ne bougeait pas. Il se contenta de relever la tête , faisait fi du fait que son visage était encombré de plusieurs mèches. Il observa d'un regard vide le jeune homme, son visage fin fermé de toute expression. L'homme qui se tenait en face de lui était magnifique. Une très belle personne , Shuya ne pouvait que le remarquer. Il eu l'automatisme de s'excuser , pourtant le geste neutre de porter la cigarette à ses lèvres prouvait qu'il était ailleurs, qu'il n'était pas tout à fait dans la réalité :

« Désolé. »

Parler , faire entendre sa voix, quoique agréable, lui coûtait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Errance avant le boulot ... [libre]   Mer 4 Mar - 15:48

Sakuya avait pressé le pas pour être sur d’être à l’heure ou plutôt pour être sur d’avoir le temps de manger ses pâtisseries. Il fredonnait une des musiques sur laquelle il dansait en même temps. Il ne marchait qu’un peu plus vite, il ne courait pas mais cela n’empêcha pas le pire d’arriver. Sakuya venait de heurter un homme qui était sorti de nulle part et ses pâtisseries avaient fini sur le sol et sur une chaussure de l’homme. Sakuya resta figé sur le désastre qui s’offrait à lui. Il ne se souciait pas de l’homme, il ne se souciait que des pâtisseries. Lui qui avait enfin fini par trouver le lieu qu’il cherchait depuis si longtemps. Lui qui venait de trouver de quoi être heureux, il venait de tout perdre. Pour d’autre, cela aurait paru banal et malchanceux mais pour lui, c’était pire que tout. Il n’avait qu’une petite vie banale et ennuyeuse et comme il s’y plaisait dans cette vie. Un de ses petits bonheurs enfin retrouvé avait fini aussi vite qu’il avait commencé. Sakuya savait qu’il oublierait l’incident mais là, il s’en souvenait. Il finit par relever la tête quand l’homme marmonna quelques mots. Sakuya regarda l’homme mais ne s’attarda pas sur ce visage. Quand l’homme marmonna un petit ‘désolé’ de cette manière si désintéressée, Sakuya le gifla aussi fort qui le put. Il ne lui en avait pas voulu pour l’accident mais cette façon de s’excuser n’en était pas une.

« - Ne vous excusez pas si vous ne pensez pas un mot de ce que vous dites. »

Sakuya regarda l’homme avec de la colère dans les yeux même si le reste de son visage était neutre. Il ne s’excusa pas de l’avoir gifler, il lui aurait pardonné si ses excuses avaient été sincères mais elles ne le semblaient pas. Sakuya s’accroupit, ramassa la poche maintenant vide, sortit un mouchoir et ramasser en gros ce qui se trouvait par terre. Il mit tout ça dans la poubelle la plus proche. Son bonheur maintenant perdu en une fraction de seconde. Sakuya pensa aller en acheter d’autre mais quand il regarda sa montre, il vit que cela allait devoir attendre. Sakuya fut saisi d’une grande peine. Ce n’était que des pâtisseries mais elles allaient changer sa journée et maintenant sa journée était devenue une parmi tant d’autre. Il soupira, mit les mains dans ses poches et regarda les alentours. Il n’avait plus envi d’aller travailler mais il n’avait pas le choix. Seulement à cause de tout ça, il avait oublié où il était. Il soupira, c’était vraiment la meilleure des journées ! Sakuya fit alors ce qui lui sembla le plus logique même si ça pouvait paraître stupide pour d’autre. Il se moquait du regard des autres vu qu’il ne se souvenait de rien le plus souvent. Il refit alors le chemin en sens inverse en omettant volontairement de heurter à nouveau l’homme qui avait ruiné sa journée sans le savoir.

Malgré ses efforts pour se souvenir du chemin à suivre, il n’y parvint pas. Ce qui lui revint furent les pas de danse qu’il devait exécuter ce soir là. Sakuya soupira à nouveau. Il sortit son portable et le regarda avant de l’ouvrir. Il ne voulait pas appeler qui que ce soit mais il ne pouvait pas non plus se permettre d’être en retard. Il regarda son portable et se décida avant d’appeler, à consulter son GPS. C’était vraiment bien pratique pour quelqu’un comme lui. Heureusement qu’il avait son portable sur lui. Sakuya passa une main dans ses cheveux et regarda aux alentours pour trouver le nom de la rue. Pas de chance. Il regarda alors le nom du magasin et remarqua qu’il s’agissait d’un magasin de musique. Il en avait totalement oublié l’homme non loin de lui. Le fait est qu’il venait de tout oublier de leur rencontre, de la gifle et de l’accident des pâtisseries. Sakuya détestait demander de l’aide à des inconnus mais son GPS ne l’aidant point, il ne put qu’une seule chose. Demander son chemin. Il s’approcha de l’homme et fit un des sourires qu’il réservait aux clients du Black Mambo. Il avait l’air d’un gamin mais il ne savait pas quoi faire d’autre.


« - Excusez-moi … Savez-vous comment je peux me rendre au Black Mambo ? Je suis … perdu … »

Sakuya sourit de manière gênée et rougit en baissant un peu la tête. L’homme allait sûrement le prendre pour un crétin fini pour ne pas connaître son chemin à son âge. Il en rougit de honte. Bien sur, il se moquait de ce que les gens pensaient de lui mais c’était seulement parce qu’il ne se souvenait jamais de ce genre de chose. Sakuya serra son portable dans une main, joua nerveusement avec une mèche de ses cheveux de l’autre. Il espérait vraiment que l’homme allait l’aider car il n’avait vraiment pas envi d’appeler son patron pour qu’il vienne le chercher ou qui que ce soit d’autre. Sakuya se mordit doucement la lèvre inférieure, se demandant comment il était arrivé là. Il se souvint alors de la pâtisserie mais pas du reste de l’incident. Il se dit qu’il devait sûrement y retourner après la fin de son service ou alors y aller le lendemain pour assouvir sa gourmandise.
Revenir en haut Aller en bas
Shuya Kobayashi
~ Garde du Corps de Noaki Hoshino ~
~ Garde du Corps de Noaki Hoshino ~
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Errance avant le boulot ... [libre]   Jeu 5 Mar - 10:57

La réaction, il ne s'y attendit pas, vraiment pas. Pour lui, la nourriture n'était rien. Un moyen de perdre du temps. Haki lui avait toujours inculqué la rapidité dans la moindre nécessité le concernant. Rapide, afin de protéger mieux son patron. Quelle stupidité. Cela lui donnait envie de grincer des dents. Le contact d'une main inconnue sur sa propre peau eut don de le dégoûter. Il n'aimait pas qu'on le touche, il n'aimait pas qu'on le cerne, il ne voulait pas qu'on enlève son masque à sa place. Shuya baissa la tête quand il reçut le coup. Il n'esquissa pas le geste cliché qui prenait pratiquement toujours les personnes : mettre sa main sur sa joue. Le garde du corps fit appel à toute sa patience et son désintérêt pour ne pas répliquer. On l'avait éduqué pour se battre , pour se défendre. Son corps était devenu au fil des années une entité propre qui réagissait au quart de tour. Il repensa à sa soirée , il repensa à la chaleur rassurante d'Alex, à la beauté de Noaki... et il se calma, reprenant le contrôle de lui même d'une façon à applaudir. Shuya écarta d'une manière très féminine ses cheveux de son visage , contrastant avec l'envie féline et masculine de tuer l'inconnu. Et il observa l'être s'en aller pour sûrement chercher son chemin. Un rictus se dessina sur les lèvres du pianiste, qui se pencha en avant de manière désespérée. Il se releva, écartant toujours ses cheveux, puis se remit bien droit , recalant son casque de moto sur son avant bras, et enclencha le mouvement pour repartir. Il préférait oublier cet épisode, cela lui arriverait encore. Son caractère plutôt solitaire et renfermé, presque craintif des mots parfois, ne plaisait pas toujours. Il en avait pourtant cure.

Une phrase. Il crut halluciner. Pourquoi donc cet homme revenait-il vers lui alors qu'à l'instant il semblait absolument affligé par la perte de ses pâtisseries. Shuya n'était pas dupe, il savait reconnaître les expressions du regard ou des traits. On s'y habitue quand on est soit même impassible. Le garde du corps eut une fugace lueur dans ses pupilles, si fugace, pour marquer sa surprise devant la beauté du jeune homme. La manière qu'il avait de se mordiller la lèvre était suggestive. La main entortillant ses cheveux séductrice. Rien que le sourire de cet inconnu appelait au sexe. Shu' aimait observer. Il regardait dont ce garçon, devinant sa profession au lieu demandé. Quelle ironie. Le pianiste baissa la tête , ses longs cheveux dissimulant ses traits, résistant à l'envie d'assouvir son désir d'anonymat, de plaisir éphémère.

« Vous continuez tout droit. Jusqu'à la fin de l'avenue. C'est long. Et vous tournez à gauche , environ 200 mètres. »

Cette phrase qu'il venait de déclamer était trop longue pour lui. Surtout devant le monde. Devant Haki et Alex il pouvait disserter, même si souvent c'étaient les deux autres qui couvraient les silences le plus. Shu' aimait se taire et préférait les gestes, les attentions. Une nouvelle fois, le garde du corps écarta quelques mèches pour dégager son visage, et prit une décision , sur une impulsion. Il ne cherchait pas à s'excuser, juste à ... il ne savait pas. Juste à aider cet homme à continuer sa vie. Il avait remarqué la peine, oui la peine, qu'avait eu Sakuya en découvrant le désastre au sol.

Il prit par le bras le stripteaser et l'amena dans une petite rue assez animé et piétonne , il trouva vite une pâtisserie, très bonne, qu'affectionnait son beau père. Là il rentra, toujours avec le bel inconnu, et sans chercher à réfléchir, reparti dans son monde, choisit les mêmes gâteaux que ceux qui avaient été gâchés. Il sortit, rêveur, comme vide, appelé par son malaise devant son propre acte. Restant impassible, il tendit le paquet en murmurant d'une voix toujours aussi sérieuse, neutre :

« Tiens. Ainsi ta journée redeviendra celle que tu voulais. »

Une voix rauque , pour son manque d'habitude à être utilisée. Pour se détendre, empêcher une fuite trop rapide, le jeune homme tira une cigarette qu'il alluma avec la classe qui l'habitait Shuya aimait fumer, il laissait apparaître en tirant sur ces petits bâtonnets une expression d'extase et de douceur sur son visage. Pourquoi donc avait-il fait ça ? Etait-il si désespéré par sa situation avec Noaki ? Par son manque de sommeil qui se faisait de plus en plus lourd ? Par ses fantômes qui revenaient ? Il n'en savait rien. Il réfléchissait souvent beaucoup trop. Sauf avec la musique, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Errance avant le boulot ... [libre]   Jeu 5 Mar - 21:21

Sakuya regarda l’homme qui se trouvait devant lui et qui semblait surpris. Par moment, il était caché par ses cheveux et à d’autre, Sakuya pouvait voir son visage sans vraiment savoir ce qu’il pensait. Seule sa surprise était visible aux yeux de Sakuya. Est-ce que c’était si rare que ça que quelqu’un demande à une autre personne son chemin ? Sakuya perdit son sourire. Il était idiot. Une grande personne comme lui était vraiment désespérante. A son âge … et en plus, il vivait ici depuis longtemps. Sakuya soupira tristement. Cet homme devait vraiment rire de lui intérieurement. Sakuya ne pensa pas cela plus longtemps. Lorsque l’homme lui répondit, Sakuya ne put s’empêcher de sourire comme un enfant. Toute autre personne aurait sûrement ri de lui et ne l’aurait pas aidé ou alors ils auraient cru qu’il se moquait d’eux. Mais pas cet homme. Il lui avait répondu sans faire aucune réflexion blessante.

« - Merci beaucoup ! »

Sakuya ne put que le remercier. Vraiment, il avait eu de la chance de tomber sur cet homme si gentil. Pourtant, avant qu’il ne puisse partir dans la direction que l’homme lui avait indiquée, Sakuya fut saisi par le bras et emmener dans une pâtisserie. Sakuya ne put que sourire en voyant ce royaume de crème, de chocolat, de pâtisserie en tout genre. Il regarda l’homme qui faisait vraiment tâche dans ce décor mais pour Sakuya c’était vraiment amusant à voir. Il trouvait ça adorable mais la question était pourquoi cet homme l’avait emmené ici ? Avait-il deviné qu’il avait envi de pâtisserie à ce point ? Sakuya attendit de voir ce qu’il allait acheter et quand il se retrouva avec ce dont il avait envi entre les mains. Il suivit son bienfaiteur hors de la pâtisserie et alors que lui s’allumait une cigarette, Sakuya regardait et humait le doux parfum de ses pâtisseries. Il regarda l’homme d’un sourire angélique.

« - Je ne sais pas comment vous avez su que j’avais envi de pâtisseries et de celle là en particulier mais merci infiniment ! »

Les paroles de l’homme le choquèrent un peu. Pourquoi sa journée devait-elle redevenir celle qu’il attendait ? Il ne comprenait pas et il perdit son sourire en essayant de comprendre les paroles de l’inconnu. Il le regarda puis regarda ses pâtisseries puis à nouveau l’homme. Est-ce qu’ils se connaissaient ? Sakuya ne se souvenait pas de cet homme. Peut-être avait-il été un des hommes d’une nuit comme il arrondissait quelque fois ses fins de mois, peut-être avait-il été l’un d’entre eux ? Il ne savait pas du tout et le temps le pressait. Qu’importe son retard ! Quelques minutes ne le tueraient pas.

« - Pourquoi dites-vous ça ? Je ne comprends pas. Pourquoi ma journée devrait redevenir ce qu’elle aurait du être ? »


Sakuya était perplexe. Cet homme le rendait confus. Il ne comprenait vraiment pas les paroles de cet homme puis il finit par comprendre. Quelque chose avait du se produire ? Vraiment il était lent d’esprit. Il devait taper sur les nerfs de cet homme par sa stupidité. Il ne comptait pas mettre ça sur le compte de ses pertes de mémoire. C’était chronique et il n’avait aucun moyen d’y remédier. Tout ce qu’il pouvait faire c’était s’excuser pour ce qu’il avait sans doute fait. Il devait encore avoir fait une bêtise mais si c’était le cas alors pourquoi l’homme lui avait offert des pâtisseries ? Pour une fois, est-ce qu’il n’aurait rien fait ? Pour une fois, n’était-il pas responsable d’un incident ? Sakuya cessa de se poser des questions qui ne le mèneraient nulle par s’il ne les posait pas. Il baissa la tête, ses cheveux venant cacher ses yeux.

« - Je suis vraiment désolé si j’ai fait quelque chose de mal ! Je ne me rappelle pas. Vraiment, je suis désolé d’être une gène. Pardonnez-moi si j’ai fait une bêtise ! Si j’ai fait quoi que ce soit pour vous importuner. »

Sakuya serra doucement ses pâtisseries contre lui sans les écraser. Il n’allait pas non plus gâcher le merveilleux cadeau que l’homme lui avait fait alors qu’il avait peut-être fait quelque chose insultant ou de mal voir peut-être même les deux. Il était gêné. Plus d’être un idiot qui demande son chemin à son âge mais d’être un idiot doté d’une mémoire défaillante qui lui rendait la vie impossible par moment.
Revenir en haut Aller en bas
Shuya Kobayashi
~ Garde du Corps de Noaki Hoshino ~
~ Garde du Corps de Noaki Hoshino ~
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Errance avant le boulot ... [libre]   Jeu 5 Mar - 23:24

Shuya fumait le regard dans le vide. Il ne pensait plus à cet homme à ses côtés à qui il venait d'offrir des pâtisseries. Il venait d'acheter des gâteaux à quelqu'un qu'il ne connaissait pas juste pour que sa journée ne soit pas gâchée. Il ne se sentait pas le droit de pourrir quelqu'un. Pas aujourd'hui. Car d'habitude il n'aurait pas fait attention, si clôturé dans les barrières de son esprit qu'un inconnu l'indifférerait. La fumée entrait en lui avec lenteur, le détruisant et l'apaisant. Paradoxe amusant selon lui. Le ton qu'employa l'inconnu pour le remercier aurait pu faire sursauter le garde du corps si il n'avait pas été habitué à se contrôler. Pourquoi tant de chaleur ? Après tout cela était normal. Ou du moins pour toute personne normale rembourser sa faute était la moindre des choses à faire. Étrange. Il était spécial. Magnifique mais spécial. Cependant Shu' ne voulait pas s'y attarder. La seule chose qu'il attendait était de filer. Il l'aurait si par la suite le strip teaser n'avait pas parlé pour tenir des propos encore plus troublants. Enfin, pour l'instant il se plongeait dans ses pensées. Une part de lui même présente dans la réalité, l'autre complètement ailleurs. Il soupira encore. La ville lui plaisait, elle lui faisait prendre conscience de sa monstruosité. Il avait tué. Enfin.

Il ne sut si la seconde intervention du jeune homme dut être un soulagement ou un problème pour lui. Sa phrase , quoique vague, avait pourtant semblé claire au pianiste quand il l'avait dite. L'homme ne pouvait se tromper sur sa signification. Se moquait-il de lui ? Cette idée aurait pu énerver le jeune garde du corps. Pourtant elle eut l'effet totalement contraire. Cela le lassa. Il fut presque déçu mais se résonna comme d'habitude. Il ne devait pas compter sur le monde. Seul le sien et ceux qui avaient réussi à y entrer pouvaient le toucher. Les autres , ce n'était pas la peine. Pourtant Shu' était intrigué. Il observa de son regard bleu glacé la personne en face de lui d'un air vide. Pourtant la manière dont ses yeux se portaient sur lui auraient pu passer pour méprisantes. Ce n'était pas du tout le cas.

« Je n'ai pas envie d'expliquer ce qui est clair. »

Il avait lâché cette phrase avec platitude. Peut avec déception aussi. Un peu , légèrement, un trace infime que personne ne pouvait discerner, non personne. Il parlait déjà, pas mal, avec désintérêt comme toujours, mais il ne restait pas muet comme une carpe. Il avait eu une période ainsi. Shuya renifla doucement, dégagea d'un mouvement machinal les mèches pour faire apparaître ses traits délicats, et mit une main dans sa poche. Il jeta le mégôt et remonta son pantalon de l'autre main, en vain, il lui tombait toujours d'une façon provocante sur ses hanches trop fines. Il mangeait peu. Trop peu peut être. Pourtant il avait ses péchés mignons. Passons.

Tout d'un coup, la lumière. Le gars en face de lui le fit réagir par ses dernières paroles. Shuya n'était pas d'accord. Il ne supportait pas ces excuses là. Elles étaient inutiles, avilissantes. Il ne pouvait pas les accepter et rester là à regarder cet être s'humilier ainsi. Ensuite , il venait de comprendre d'où venait la contradiction de ses mots. Il avait des pertes de mémoires. Si jeunes, cela intriguait le pianiste qui fronça de nouveau les sourcils. S'avançant légèrement, oubliant le vouvoiement, et gardant pourtant la distance nécessaire pour avoir absolument aucun contact avec l'autre, le garde du corps répondit, sarcastique mais pas méchant, aussi paradoxale que cela puisse paraître :

« Pertes de mémoires. Soit. Mais, pourquoi t'écrases tu ainsi ? Tu te rabaisses comme un chien. Tu n'en es pas un. Je n'ai fait que rembourser ce que j'ai gâché. Je te suis rentré dedans et fais tomber tes gâteaux. En voilà d'autres maintenant pour que tes yeux n'aient plus ce voile.»

Musique. Il avait besoin de musique et d'une autre cigarette. Après avoir sorti une aussi longue réplique, il se sentait presque mal. Les inconnus ne devaient rien avoir de lui. Il alluma rapidement une clope, tira dessus en maîtrisant sa fébrilité, et soupira de contentement. Là il se détourna du bel éphèbe et s'assit contre un mur, son regard au loin, oubliant tout à nouveau. Il sortit finalement ses achats, ses cds, un fin sourire rêveur aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Errance avant le boulot ... [libre]   Ven 6 Mar - 19:15

« Pertes de mémoires. Soit. Mais, pourquoi t'écrases-tu ainsi ? Tu te rabaisses comme un chien. » Ce fut tout ce que Sakuya entendit. Un chien. Non bien sur, il n’en était pas un mais vu sa vie cela revenait au même. Il était un chien errant qui faisait simplement tout pour survivre dans ce monde qui lui avait à la fois tout pris et tout apporté. Devant lui, il y avait un homme plus qu’étrange, une véritable énigme qui ne demandait sûrement qu’à être résolu mais Sakuya ne perdrait pas son temps à la résoudre car cela ne lui servirait à rien. Il n’était qu’un pauvre petit stripteaseur avec une mémoire défaillante et un passé qu’il ne connaissait pas. Un futur tout aussi incertain et cet homme qui lui balançait en face la plus vrai des vérités à son égard. Oui, il était un chien. Il était le chien de son patron. Il obéissait, il lui disait de danser, il dansait. Quelqu’un remuait de l’argent sous son nez, il se couchait et écartait les jambes. Où était la différence avec un chien ? Là tout de suite, il n’en voyait pas. La chose dont il était sur, c’était cet homme, il ne faisait rien d’autre que de l’importuner. Pourquoi prolonger ainsi une rencontre quand l’une des deux parties avait l’air aussi désintéressée, ailleurs et surtout ennuyé ? Ennuyeux, agaçant, c’était ce qu’était Sakuya. Un adulte qui avait besoin d’aide comme un enfant perdu. Sakuya ne comprit que trop bien ce qu’il lui restait à faire quand il vit l’homme s’éloigner pour allumer encore une de ses sucettes à cancer.

« - Encore merci pour les pâtisseries … » Ce fut tout ce qu’il dit et après avoir regarder une dernière fois l’homme, il partit.

Sakuya partit au pas de course cette fois pour être sur d’arriver à l’heure et surtout pour la première fois de sa vie, il voulait oublier. Il voulait oublier cette rencontre qui semblait leur avoir fait du mal à tous les deux. C’était bien pour ça que Sakuya ne sortait pas souvent. Il voulait éviter ce genre de rencontre qui ne faisait que faire souffrir les deux parties. Lorsqu’il finit par s’arrêter de courir, il tourna la tête dans la direction qu’il cherchait que l’homme lui avait indiqué avant le grand désastre qu’il avait lui-même provoqué. Vraiment pourquoi ne pouvait-il jamais faire les choses biens ? Il fallait toujours qu’il fasse des boulettes. La seule chose qu’il savait faire c’était danser, se taire, coucher et oublier. Il n’était bon qu’à ça c’était pourquoi, il n’était qu’un simple stripteaseur sans avenir, sans espoir de sortir de ce milieu non pas qu’il le veuille vraiment non plus. Comme ça, il pouvait subvenir à ses besoins et vivre un semblant de vie.

« - C’est parti pour un autre soir. »
Murmura-t-il pour lui-même.

Sakuya soupira et pénétra par la porte de derrière du Black Mambo. C’était par-là que les stripteaseurs et autres membres du personnel entraient. C’était interdit de rentrer par la grande porte, il ne fallait pas ternir la réputation du lieu. Les différences de statuts étaient bien trop mises en avant. Même lorsque l’un des stripteaseurs devait finir la nuit avec un client, ils ne devaient pas sortir par la grande porte. Sakuya s’y était fait, cela ne le dérangeait pas, il n’aimait pas s’exposer au regard des autres. Mais s’il n’aimait pas ça pourquoi était-il un stripteaseur ? L’argent. C’est ce qui le faisait vivre.

Sakuya pénétra donc par la porte, ses pâtisseries toujours dans les mains et se rendit dans les loges des stripteaseurs où il allait devoir se préparer pour sa représentation. Il ouvrit son casier, posa ses pâtisseries sur la petite étagère, accrocha ses affaires sur un porte manteau et regarda les costumes à disposition. Quoi qu’il choisisse, ça ne resterait pas bien longtemps sur son corps après tout, c’était le but même du métier de stripteaseur. Se déshabiller pour finir nu sous le regard pervers d’hommes plus riche les uns que les autres. Sakuya soupira et en choisit un en cuir noir. Il commença à s’habiller du mieux qu’il put puis posa ses effets personnels avant de mettre le haut. Il posa sa montre, son collier et enfila le haut à pression. Pratiquement tous les costumes étaient faits avec des pressions, c’était beaucoup plus simple pour les enlever sur scène. Sakuya regarda une dernière fois ses pâtisseries. Elles allaient sûrement avoir un goût amer même si elles avaient paru si délicieuse quelques instants auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Errance avant le boulot ... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Errance avant le boulot ... [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sans amour, sans ami(e)s et maintenant sans boulot...[LIBRE]
» Avant que l'on puisse se retrouver... [Libre]
» La route avant la forêt.[libre]
» Luna et Patricia[Libre(mais demandez avant de poster)]
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: It's time to stop the game. :: *{ Over & Over.-
Sauter vers: