.RPG Yaoi classé NC-17 : 10 lignes min par post.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sosil Sari

Aller en bas 
AuteurMessage
Sosil Sari
~ Danseur - Contorsionniste ~
~ Danseur - Contorsionniste ~
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 26
Localisation : Up side down
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Sosil Sari   Dim 8 Fév - 1:21

IDENTITY

  • Nom : Sari
  • Prénom : Sosil
  • Surnom : le sorcier
  • Âge : 17 ans
  • Date de Naissance : 2 septembre
  • Nationalité : Algérienne
  • Niveau Social : En deux mots, il est à la rue
  • Statut Social : Célibataire
  • Métier : Danseur - Contorsionniste (Chamane)


INSIDE OF YOU

  • Uke, Seme ou Ambi ? Ambivalent
  • Son plus grand rêve ? Simplement être heureux et fier de vivre sa vie
  • Sa plus grande peur ? Qu'il arrive malheur à sa mère et à son ancien clan. Même s'il n'a plus de nouvelles depuis longtemps et n'a aucun moyen d'en avoir, il sait que les esprits le lui diront s'il se passe quelque chose de grave là bas.
  • Relations Familiales : Son père est décédé quand il était jeune et le vieux chamane qui lui a tout apprit a succombé à un cancer des poumons peu avant son exil. Lui reste sa mère qu'il respecte profondément même s'il n'en est pas particulièrement proche. Il est fils unique. Bien qu'ils ne fassent pas partie de sa famille, il est resté en contact avec Henri et Katsuo.
  • He loves/he hates : Sosil a deux passions dans la vie : la danse et la magie. Il n'est pas question de prestidigitation mais de la véritable magie, celle des esprits. Depuis sa naissance, son destin est de devenir chamane mais même si c'était une obligation, il a toujours aimé ça. La danse, à la base, est plus une technique de méditation. La contorsion également. Alliant les deux et son amour de la musique, il a créé une danse particulière et il aime s'y perdre. Se déshabiller en dansant ne lui pose pas de problème. Lors de ses cérémonies chamaniques, il est souvent nu ou à peine vêtu…
    Concernant la magie, il aime rendre service. Et c'est peut-être louche mais il aime aussi consommer certaines drogues utiles aux relations avec les esprits. Il n'est pas accro cependant et redoute de le devenir. C'est pourquoi il reste raisonnable quand même.
    Par contre, il n'a aucun goût pour les représentations plus… intimes. Comprendre que le sexe est pour lui sans intérêt. Il n'aime pas se faire déshabiller du regard, surprendre les regards concupiscents sur sa personne (encore que vu son métier, il a dû apprendre à faire avec mais c'est en partie pour ça qu'il ferme souvent les yeux quand il danse en public) et même s'il est d'un naturel pacifique, il vaut mieux ne pas le peloter sous peine de s'en mordre les doigts. C’est aussi pour ça que son regard est souvent froid dans le cadre professionnel (comprendre aussi de ne pas se fier à son expression sur l’avatar...)
    A préciser également que se déshabiller sur scène, il ne le fait que si on le lui demande. Pour lui, il est danseur avant tout.
  • Signe(s) Particulier(s) ? Sosil possède un tatouage brun dans le dos, tout le long de la colonne vertébrale. Il débute haut sur sa nuque et descend jusque bas sur le coccyx. Il s'agit d'un motif traditionnel de sa tribu et nul autre que lui ne connaît sa signification. Pour pratiquer la magie, il ajoute parfois des tatouages au henné sur ses mains, ses pieds, son torse et son visage. Sauf depuis qu'il travaille régulièrement, étant donné que tout le monde n'apprécie pas ces "peinturlurations"…
    En temps que chamane, il a aussi des compétences de guérisseur et a depuis tout petit été habitué aux poisons : il est donc partiellement immunisé contre eux.


REALITY

  • Nom/Pseudo : Rätsel
  • Âge : 21 ans
  • Où avez-vous trouvé ce forum ? Sur un top-site
  • Quel est votre avis dessus, avez-vous des suggestions ? A priori, rien à redire
  • Code règlement : Code Bon


Je m'inscris parce que le forum m'attire vraiment trop >< Mais ma vie privée est telle que je risque de disparaître du jour au lendemain pour une durée indéterminée ^^" Je ferais en sorte de ne pas trop perturber le jeu (les cafés WIFI et autres me sauveront la vie \o/) mais je voulais prévenir quand même.
NB : j'ai trouvé peu de renseignements sur la culture berbère alors j'avoue que j'ai pas mal "inventé" celle de Sosil. J'espère qu'on ne m'en voudra pas trop, soyez indulgents ^^"


Dernière édition par Sosil Sari le Lun 9 Fév - 15:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://albino-house.kazeo.com/
Sosil Sari
~ Danseur - Contorsionniste ~
~ Danseur - Contorsionniste ~
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 26
Localisation : Up side down
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Sosil Sari   Dim 8 Fév - 1:22

TELL ME YOUR STORY

    Sosil est né dans l'une des très rares tribus berbères de la région de l'Aurès (au nord-est de l'Algérie) à vivre encore selon les anciennes traditions et, plus extraordinaire encore, à ne pas avoir été convertie à l'Islam. Autant dire que les persécutions furent monnaie courante pendant des siècles, ce qui explique que les jeunes soient traditionnellement initiés à l'art du combat.

    Une naissance un jour d'alignement particulier des étoiles et une chevelure couleur des sables du désert (sans doute due à un vieux métissage, oublié depuis longtemps) ont fait de lui depuis tout jeune le successeur du chamane de la tribu nomade.

    Très jeune, Sosil perd son père dans un accident. L'homme guidait des chèvres sur un sentier de montagne et est tombé dans le ravin. En grandissant, le garçon lui trouve un remplaçant en la personne d'Ibeb, son mentor et chamane dont il devra prendre la suite. Il vit d'ailleurs très tôt avec le vieil homme, un peu à l'écart des autres, prenant de plus en plus ses distances vis-à-vis de sa mère qu'il respecte profondément. Pas suffisamment cependant pour lui obéir et abandonner la magie (à laquelle la femme ne croit plus) pour entrer à l'école du village le plus proche. Il accepte cependant qu'elle lui apprenne à lire et à écrire. Mais ce qu'il préfère étudier, ce sont les rituels et les notions de danse et de contorsion qu'ils impliquent souvent. A force de travail, il acquiert une souplesse hors du commun qui lui valu plus tard le statut de contorsionniste. Pour l'anecdote, il fut d'abord vexé : pour lui la danse est une communion du corps et de l'esprit avec leur environnement, pas un vulgaire spectacle…
    Même s'il reste humble face aux plus anciens et plus expérimentés que lui, Sosil développe une fierté solide. Le vexer, c'est s'assurer qu'il ne l'oubliera pas de sitôt et un autre point à préciser : Sosil est rancunier. Heureusement, il n'est pas bas au point d'utiliser la magie pour se venger (certains aspects ne sont pas sans rappeler le vaudou africain) D'un naturel calme, gentil et serviable, il peut devenir un lion si on le cherche.

    Un jour, Sosil rencontra un homme. Régulièrement, des gens de la tribu ou des environs venaient les voir, Ibeb et lui. Ils demandaient parfois qu'on leur révèle leur avenir (ce que les chamanes ne sont pas vraiment en mesure de faire mais leurs communications avec les esprits leur permettent de conseiller au moins) ou bien des potions et des charmes pour que les bêtes qu'il élevaient soient en bonne santé, etc… Cet homme en particulier était venu pour voir Sosil. Le garçon l'avait tout de suite reconnu quand il était entré dans la tente : ce visage, il le croisait tous les jours en allant chercher de l'eau potable au puit depuis quelques semaines. Il demanda donc la permission à Ibeb de s'entretenir seul à seul avec son disciple et le vieil homme accepta.

    Ils discutèrent longtemps et il s'avéra rapidement que Karim avait beaucoup de charisme et qu'il savait en jouer. Car Sosil ne se rendit compte de rien. Trop vite, il lui fit confiance, se confiant à lui comme il le faisait lors de ses prières. En à peine quelques heures, il s'attacha à lui et l'homme n'eut pratiquement plus rien à faire pour profiter de la situation. En effet, son but dès le départ n'était pas de connaître Sosil mais de lui enseigner une danse qu'il ne connaissait pas encore : la danse horizontale - si vous voyez ce que je veux dire. Sosil avait alors treize ans et n'opposa aucune résistance, tombant trop facilement dans les bras de cet enjôleur.

    Ils passèrent donc la nuit ensemble et le lendemain, Sosil se réveilla à l'aube et faucha compagnie au dormeur encore près de lui. Ce qui venait de se passer avait changé quelque chose en lui et il se sentait grandement troublé. Le jour même, il demanda à Ibeb la permission de faire une retraite dans les montagnes. Le chamane y consentit et le jeune garçon partit le lendemain.

    Pendant un mois, il vécut dans les montagnes, complètement seul, et remit en questions à peu près tout ce qu'il savait, connaissait ou pensait connaître. Au bout d'un mois, il se sentit prêt à revenir parmi les siens et retourna au camp.

    Là-bas, les nouvelles ne sont pas bonnes : Ibeb est gravement malade et pour le moment, c'est la mère de Sosil qui prend soin de lui. Immédiatement, le garçon la remercie et prend sa place : en tant que disciple, il est le seul indiqué pour soigner son maître et le vieil homme était de toute manière réticent à être soigné par une femme. Ayant apprit son retour, Karim vint le trouver plusieurs fois, lui demandant de façon détournée et pourtant très claire de lui accorder une nouvelle fois ses faveurs. Sosil refuse à chaque fois, prétextant qu'il a autre chose à faire. Finalement, Karim perdit patience et essaya de le forcer mais il se heurta à une résistance farouche et dû partir sans être arrivé à ses fins.

    Il fallut peu de temps au cancer d'Ibeb pour ronger ses poumons et il succomba une nuit, tenant la main d'un Sosil en pleurs. Le chamane était comme un père pour lui, le perdre, même si c'était un drame attendu, est un grand choc pour lui. Mais dans son dernier soupir, Ibeb lui demanda de rester digne et Sosil essuya ses larmes. Quand le cœur du vieil homme eut cessé de battre, il sortit lui rendre un dernier hommage sous les étoiles et prier avec humilité les anciens d'accueillir le sage en leur sein.

    Le lendemain, il s'acquitta des tâches mortuaires et convoqua un Conseil. Il annonça officiellement la mort du chamane et, selon l'usage, se proclama son successeur. C'est à ce moment là que sa vie changea du tout au tout, mais pas de la manière dont il l'avait imaginé. Le chef de tribu se montra sceptique quand aux causes de la mort d'Ibeb. La maladie, disait Sosil mais qui disait qu'il s'agissait pas d'un empoisonnement ? Entendant cela, sa mère, présente, intervint en disant que Sosil ne pouvait pas avoir empoisonné Ibeb, il l'aimait bien trop et au-delà de ça, il était dans les montagnes quand la maladie s'était déclarée. On la renvoya sans délicatesse et Sosil se vit donc arbitrairement accusé du meurtre de son mentor. Ce fut alors qu'il apprit que Karim n'était autre que le frère du chef de la tribu, partit étudier à la ville et revenu récemment…
    Il aurait dû être condamné à mort mais sa fonction honorifique et son jeune âge jouèrent en sa faveur, modifiant la sentence en exil. Il fut contraint de quitter le camp dès le lendemain et eut beaucoup de mal - autant mentalement que physiquement - à s'arracher au giron de sa mère. La femme était tout ce qui lui restait et elle refusait de le laisser partir… Il fini, la mort dans l'âme, par lui faire entendre raison et enfin, il prit la direction de Constantine.

    Totalement sans le sou et encore sans doute un peu trop idéaliste, il vécut à la rue et cessa presque totalement le chamanisme. Pour vivre, il devint voleur mais il n'oubliait jamais, chaque soir, de prier pour l'indulgence de ses ancêtres. Il peine à s'adapter à la vie citadine mais petit à petit, d'autres solutions pour subsister se présentent à lui. Il refuse obstinément de vendre son corps mais il devient dealer un peu malgré lui. Sa conscience n'étant pas du tout du même avis, il négocia - difficilement - avec son employeur et devint danseur dans un club clandestin. Il eu des soucis trop rapidement au goût de tout le monde : un client voulu obtenir ses faveurs et se heurta à un mur. La situation faillit dégénérer et Sosil fut renvoyé quand le patron lui demanda de prendre sur lui et qu'il refusa catégoriquement. On ne sort pas aussi facilement du réseau et pour éviter le pire, il prend la fuite et se rend à Alger, la capitale.

    Cet éloignement est loin d'être suffisant mais jouant la discrétion, il parvient à rester en sécurité relative. De nouveau, il se fit voleur et commença à échanger ses talents de guérisseur contre une rémunération. Là encore, sa conscience n'apprécie pas mais il faut bien se nourrir et cette fois, il ne cause de tors à personne. Il fit la connaissance d'Henri, un Pied Noir revenu aux sources pour sa retraite. Il se prit d'affection pour ce gamin des rues aux multiples talents et l'hébergea quelques temps. Au bout d'un an cependant, la situation à Alger devient trop dangereuse pour Sosil. Avec l'aide d'Henri et de quelques uns de ses amis, il passe illégalement en France.

    Immigré clandestin, sans papiers, il retourna travailler dans une boîte de strip-tease clandestine (vu qu'il est mineur, ça s'impose) mais il doit changer plusieurs fois d'employeur : on essaie trop souvent d'obtenir de lui un peu plus que la danse. Plusieurs fois, il frôle la catastrophe mais s'en tire toujours relativement bien. Quand Marseille ne fut plus sûre pour lui - l'Algérie n'est pas loin et ses ennemis ont le bras long - il monte vers Paris où il exerce toujours la même profession et n'hésite plus à monnayer ses services en matière de magie. Dans le même temps, il prie de plus en plus, toujours pour demander pardon car il n'est pas satisfait de faire payer pour ça. Il a alors presque 16 ans.

    Il resta sur Paris relativement longtemps, à peu près autant qu'à Alger. Son pays lui manque, son clan et sa mère plus encore. Nostalgique, il ne se laisse pas envahir par la déprime, trop occupé à subsister. En faisant l'acquisition de substances dites illégales pour les besoins de ses rituels, il frôle de nouveau le milieu de la drogue qu'il ne veut pas retrouver. Il reste prudent, acheteur mais ni vendeur ni vraiment consommateur : il utilise les drogues mais uniquement pour les besoins du chamanisme. Il ne devient jamais accro même s'il y a plus ou moins déjà pris goût lors de son apprentissage.

    Visiblement, le gang de Constantine n'étend pas son réseau jusqu'à la ville des lumières et Sosil semble être en sécurité. Mais il n'aime pas beaucoup Paris : il y fait mauvais temps (il est habitué au climat méditerranéen et a beaucoup de mal à s'adapter) et ses conditions de vie sont beaucoup trop précaire. De plus, même si Constantine ne le menace plus, son statut de clandestin le met trop souvent dans des situations délicates. Dans la boîte où il danse tous les soirs, il rencontre et sympathise avec Katsuo, un japonais venu à Paris pour suivre ses études et dansant pour arrondir ses fins de mois. Souvent, les deux jeunes hommes parlent ensemble de leurs pays respectifs et Sosil se prend d'intérêt pour le Japon. Étudiant en Histoire, Katsuo lui parle beaucoup du shinto, du bouddhisme et le berbère se prend d'envie de découvrir cette culture tellement différente de la sienne et pourtant axé sur une grande spiritualité.

    Sosil parle mal le français et malgré les difficultés, Katsuo lui enseigna les bases du japonais. Ainsi, Sosil comprend et peut se faire comprendre dans cette langue. Il connaît les kana mais n'a aucune notion en lecture de Kanji, ce qui est un handicap flagrant. Cependant, il décide de quitter Paris pour Tôkyô.

    Encore une fois, il lui fallu de l'aide : celle de Katsuo et de certaines de ses connaissances, ainsi que d'un faussaire peu scrupuleux pour obtenir les documents nécessaires. Sosil garde d'ailleurs un mauvais souvenir de son passage chez le faussaire, le paiement exigé ayant été contre ses principes…

    Il débarqua donc à Tôkyô avec Katsuo, rentré pour les vacances d'été et logea chez lui quelques semaines. Encore une fois, il a du mal à s'adapter mais la ville lui plait beaucoup plus que Paris. A la fin de l'été, son ami japonais dû retourner en France, désolé de laisser son ami à la rue. Mais Sosil le remercia chaudement, lui assurant que tout irait très bien et qu'il en avait vu d'autres.

    Il partit donc à l'aventure dans les rues des plus grands quartiers de la mégalopole nippone et il lui fallu deux mois pour désespérer : se faire une place ici n'était pas aussi "aisé" qu'en Europe et l'hiver approchant, le climat se rafraîchit. De prières en prières, il finit par se demander si accepter enfin de se vendre n'est pas la dernière chance qu'il lui reste quand il découvre l'Hypnotic Poison…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://albino-house.kazeo.com/
Hiraku Takada
[A] ~ Hôte N°1 ~ Weak but Agressive Boy.
[A] ~ Hôte N°1 ~ Weak but Agressive Boy.
avatar

Nombre de messages : 154
Age : 25
Localisation : Mmmh... dans ton lit, peut-être ?
Date d'inscription : 26/12/2008

MessageSujet: Re: Sosil Sari   Mer 11 Fév - 23:12

    Pouah, j'suis affreusement désolée pour mon retard ! Hélas j'ai eu de gros problèmes d'Internet ces derniers temps et je ne pouvais même pas passer... j'dois être maudite avec le net xD
    Bref !

    C'est une très jolie fiche, je valide sans aucune hésitation !

    Have fun !

_________________

« Just descend with me together to the deepest layer of hell. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnotic-poison.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sosil Sari   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sosil Sari
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Before you went. :: *{ Registre d'Hypnotic Poison. :: Fiches Validées :: Employés-
Sauter vers: